Au Danemark, on parle d’une nouvelle souche de Sars-CoV-2 affectant les visons, et capable de se transmettre à l’homme

Une inquiétante découverte nous vient récemment du Danemark à propos du Sars-CoV-2, le coronavirus à l’origine de la pandémie de COVID-19 qui secoue actuellement le monde. Les scientifiques danois nous rapportent en effet qu’une nouvelle variante génétique du SRAS-CoV-2 aurait fait son apparition chez les visons.

Ce mercredi, le Premier ministre danois Mette Frederiksen a ainsi annoncé lors d’une conférence de presse avec l’Associated Press que 5 visons infectés ont été identifiés dans des fermes spécialisées dans l’élevage de ces animaux à fourrure. Apparemment, ces 5 spécimens auraient transmis une nouvelle souche de Sars-CoV-2 à l’homme, infectant dans la foulée près de 12 personnes.

Un vison sauvage

Crédits Pixabay

Pour le moment, les chercheurs danois ne connaissent pas grand-chose de cette nouvelle souche du virus. Cependant, les autorités sanitaires du pays mettent actuellement en œuvre des mesures drastiques visant à contenir les risques que cette nouvelle souche ne se propage à l’homme.

Les scientifiques suivent de près l’évolution de cette variante du Sars-CoV-2

Comme on vous le rapportait récemment, dans de nombreux pays, le passage du Sars-CoV-2 à des hôtes animaux autres que l’homme, spécialement les visons, a été constaté par les agriculteurs et les scientifiques. Cependant, jusqu’à il y a peu, les chercheurs n’étaient pas sûrs que le virus pouvait une de nouveau passer des visons à l’homme.

On sait toutefois que le virus est capable de muter et de s’adapter à différents hôtes, même si pour le moment, il n’y a pas de preuve concrète qu’une souche particulière ou une variante génétique soit plus néfaste pour l’homme ou pour une autre espèce animale.

Même si l’on pas encore de données concernant une éventuelle nouvelle souche du Sars-CoV-2 chez les visons, les scientifiques nous recommandent de ne pas s’inquiéter outre mesure.

Le gouvernement danois prend des dispositions drastiques

Selon Reuters, Frederiksen pense néanmoins qu’un risque concernant l’efficacité d’un potentiel vaccin au coronavirus pourrait être compromis par la découverte de cette souche de Sars-CoV-2 chez les visons. En effet, en passant de l’homme à l’animal avant de revenir à l’homme, le risque que le virus ait subi des modifications n’est pas à écarter.

D’après Mogens Jensen, ministre de l’Alimentation du gouvernement danois, près de 207 fermes de vison sont actuellement infectées dans le pays alors qu’on n’en comptait encore que 41 au mois dernier. Ainsi, par mesure de précaution, et pour contenir la propagation de ce coronavirus, potentiellement une nouvelle souche, le gouvernement danois planifie d’abattre entre 15 et 17 millions de visons dans les fermes du pays.

Mots-clés Covid-19Sars-coV-2