Au Japon, il est possible de manger comme un condamné à mort

Il est désormais possible, au Japon, de manger comme un condamné à mort. Ningen, qui signifie « humain », propose à ses clients un menu composé des derniers repas servis aux condamnés à mort célèbres. Le restaurant éphémère se trouve dans le Kabukicho Book Center, dans le quartier de Shinjuku, à Tokyo. L’immeuble devrait être démoli avant la fin de l’année, et l’« exécution » aurait servi de source d’inspiration.

Parmi les pays « démocratiquement avancés », seuls les États-Unis et le Japon pratiquent la condamnation à mort. Un récent sondage indique que plus de quatre-vingts pour cent des citoyens japonais en sont favorables. C’est pourquoi le Ningen n’a pas été confronté à des critiques.

Un groupe d’artistes, « ChimPom », prévoit d’exposer des œuvres d’art et d’organiser des performances avant-gardistes dans ce restaurant « pop-up ».

Les derniers repas les plus célèbres

Un des repas proposés chez Ningen est celui du braqueur et meurtrier Gary Mark Gilmore. Avant d’être exécuté, en 1977, il avait demandé un hamburger, des pommes de terre au four, un œuf dur et trois shots de Jack Daniels. Toutefois, le restaurant a remplacé le Jack par du Maker’s Mark.

Les clients qui préfèrent des repas plus sains peuvent opter pour la « veuve noire » de Floride. Condamnée à finir sur la chaise électrique en 1998, elle a commandé une assiette de brocoli, d’asperges et de fraises. Judy Buonoano était reconnue coupable du meurtre de son mari, de son fils partiellement paralysé ainsi que d’une tentative de meurtre sur son nouveau fiancé.

La commande du voleur et meurtrier Joseph Paul Jernigan était constituée de deux cheeseburgers, de frites, d’une salade avec vinaigrette et d’un verre de thé glacé. Toutefois, finalement, celui-ci aurait refusé de les manger.

Une soirée de derniers repas annulée

Ningen n’est pas le premier à avoir cette idée. À Londres, en 2014, un groupe d’organisateurs anonymes aurait tenté de lancer le même concept pour une soirée baptisée « Death Row Dinners ».

Le thème intitulé « Profitez de l’idée d’un dernier repas, sans l’exécution à la fin » aurait plu au public puisque pas mal de billets auraient été vendus. Il aurait pourtant fallu débourser cinquante livres sterling pour cinq plats.

L’événement a toutefois été tué dans l’œuf après le signalement d’un « comportement louche » des organisateurs.

Mots-clés insolite