Au Japon, il prétendait avoir un fils atteint du Covid-19 pour obtenir des Switch moins chères

Un revendeur japonais a cherché à obtenir des Switch à moindres coûts en prétendant avoir un fils porteur du Covid-19. Le profil de l’individu sur le site marchand concerné montrait toutefois qu’il avait déjà vendu une Switch Lite et qu’il en avait mis une autre sur le marché.

Sans la pandémie de coronavirus que traverse actuellement le monde entier, l’objet aurait possiblement été tout aussi prisé. Mais en ces temps de crise où les chaînes de production travaillent au ralenti voire plus du tout, il est devenu encore plus compliqué d’acquérir des Nintendo Switch neuves.

Une situation de pénurie s’est notamment observée au Japon, avec des revendeurs à qui l’on a fait savoir qu’ils ne pouvaient pas acheter tout un stock. Et c’est encore une fois un revendeur qui s’est défavorablement illustré dans une histoire rapportée par NintendoSoup.

Il appelle à acheter une Switch moins cher après avoir revendu un modèle Lite

Notre individu a été repéré sur la plate-forme marchande en ligne Mercari. Voici le message qu’il laissait aux personnes qui revendaient leur Nintendo Switch au prix de 35 000 yens (un peu plus de 300 euros) :

“Veuillez excuser mon commentaire soudain. Je pensais acheter la [Nintendo Switch Lite], mais serait-il possible de baisser votre prix ? Mon fils est actuellement hospitalisé parce qu’il a contracté le coronavirus, alors je fais tout ce que je peux pour lui en acheter une. Pourriez-vous me vendre la vôtre pour 25 000 yens (environ 215 euros) ?”

Pourtant, une consultation de son profil sur ce même site montrait que cet apparent père de famille avait déjà revendu une Switch Lite pour 40 000 yens (environ 345 euros) et qu’il en avait actuellement une autre en vente au même tarif. On peut donc se demander si cette histoire de fils malade, voire de fils tout court, n’avait finalement pas été inventée.

Nos confrères estiment que l’individu aurait déjà abusé au moins un vendeur. Un internaute japonais s’est posé la question de savoir si ce père n’aurait pas plusieurs enfants atteints du Covid-19, et un autre de s’être interrogé sur l’impertinence de revendre des Switch et d’en demander d’autres moins chères sur le même compte.