Au Japon, les montagnes russes peuvent briser des os

Le Fuji-Q Highland Park a été contraint de fermer son grand huit en raison de multiples fractures provoquées par ses montagnes russes. Explications.

Le Fuji-Q Highland Park est un grand parc d’attractions situé à Fujiyoshida au Japon, dans la préfecture de Yamanashi. Il a été ouvert en 1968 non loin du Mont Fuji et il s’est fait connaître grâce à ses attractions hors norme. Comme le Do-Dodonpa, l’Eejanaika ou encore le Takabisha.

Une photo de montagnes russes
Image par Free-Photos de Pixabay

Toutefois, et comme nous l’apprend CNN, ces attractions n’ont pas que de bons côtés.

Plusieurs accidents recensés

Le Do-Dodonpa, par exemple, permet d’atteindre la vitesse de 180 km/h en seulement une seconde et demie. A côté, même une Tesla Model 3 Performance fait pâle figure.

Toutefois, si cette vitesse vertigineuse a clairement contribué à la popularité de l’attraction, elle a aussi eu de nombreux effets indésirables.

En effet, si l’on en croit un communiqué publié par le gouvernement régional de la préfecture de Yamanashi, alors le Do-Dodonpa aurait provoqué pas moins de quatre fractures graves chez les visiteurs.

A lire aussi : 4 astuces de régime japonais

Des fractures au cou et au dos

Des fractures touchant le cou ou encore le dos.

En cause, bien sûr, la vitesse de l’attraction, mais surtout son accélération. Une accélération qui a un impact direct sur l’organisme et qui serait donc à l’origine de ces cas de fracture.

Face à la situation, le personnel du parc a donc pris la décision qui s’imposait et l’attraction a été fermée le 12 août. Elle n’a pas été rouverte depuis, ce qui laisse présager d’une fermeture définitive ou d’un important remaniement.

A lire aussi : Au Japon, un fan d’anime a tué ses parents pour une raison absurde

Une accélération trop puissante

Kotaro Nagasaki, le gouverneur de la province, s’est de son côté montré très critique à l’égard de  Fuji-Q Highland. Il accuse en effet les administrateurs du parc de ne pas avoir pris les mesures adaptées et de ne pas avoir suffisamment communiqué sur les dangers de l’attraction. Il pense en effet que si ces derniers avaient réagi au bon moment, alors de nombreux accidents auraient pu être évités.

De son côté, le parc a présenté ses excuses et il s’est engagé à mener une enquête afin de déterminer les origines des blessures. Une enquête qui débouchera sur la mise en place de nouveaux protocoles de sécurité.