Au Kazakhstan, une femme a accouché de jumeaux à 11 semaines d’intervalle

Lilliya Konovalova, une jeune femme âgée de 29 ans qui vit dans le nord du Kazakhstan, ne s’attendait sans doute pas à accoucher deux fois pour mettre au monde ces jumeaux.

Hospitalisée au mois de mai dernier, elle n’a pu accoucher que de sa fille et a dû attendre près de 3 mois pour enfin voir arriver son frère jumeau.

Bébé

Crédits Pixabay

Un cas très rare d’utérus didelphe

Les jumeaux sont nés à 11 semaines d’intervalle. Un si long intervalle entre jumeaux est rare, mais ce n’est pas le premier cas rapporté. Le record du monde a été établi en 2012 avec des jumeaux nés à 87 jours d’intervalle. Toutefois, les anniversaires distincts des jumeaux de Konovalova n’est pas la seule chose étonnante dans ce cas, les jumeaux se sont également développés dans deux utérus bien distincts.

En effet, leur mère souffre d’une malformation de l’utérus appelée utérus didelphe, ce qui signifie simplement qu’elle a un double utérus.

L’utérus didelphe est présent chez une femme sur 2 000, c’est donc quelque chose d’assez commun. La malformation survient tôt dans le développement de la femme, lorsque les deux tubes du fœtus femelle, qui fusionnent normalement en un seul utérus, se développent plutôt en deux utérus distincts.

Toutefois, les chances d’une grossesse comme celle de Konovalova, où chaque bébé se développe dans son propre utérus, sont minces – seulement un cas sur 50 millions, selon Scientific American. Pour une femme atteinte d’utérus didelphe, les chances de concevoir un jumeau dans chaque utérus sont de 1 sur 25 000.

Des naissances pas comme les autres

Des cas de grossesses similaires ont déjà été documentés. En 2009 par exemple, une femme du Michigan souffrant d’utérus didelphe a accouché de deux bébés filles, une dans chaque utérus. Cependant dans aucun de ces cas documentés les bébés ne sont nés avec autant de temps d’intervalle.

Parfois chez les femmes souffrant d’utérus didelphe, après avoir mis au monde un jumeau, les contractions de la femme s’atténuent. Et lorsque le jumeau accouché en premier est très prématuré, les médecins laissent le deuxième fœtus se former dans le ventre de la mère jusqu’à ce qu’il soit presqu’à terme. C’est ce qui est arrivé à Konovalova.

Sa fille Liya est née lorsque Konovalova n’avait que 25 semaines de grossesse – à peine au-delà du seuil auquel un bébé peut survivre en dehors du ventre de sa mère. Ainsi lorsque son fils Maxim est né 11 semaines plus tard, il avait eu beaucoup plus de temps pour se développer à l’intérieur du ventre de sa maman.

Mots-clés insolite