Au Minnesota, les drones servent à garder un oeil sur les nudistes

Le Minnesota semble avoir trouvé une nouvelle utilité aux drones. En fin de semaine dernière, la police de l’état a effectivement utilisé un drone pour surveiller les plaisanciers installés sur une plage publique et s’assurer que ces derniers soient correctement vêtus.

L’information nous est rapportée par CBS. Selon nos confrères, le département de police de Golden Valley a utilisé un drone afin de survoler les rives de Twin Lake, un lac situé au nord de Robbinsdale.

Un drone dans le ciel

Photo de asoggetti – Unsplash

Très apprécié des touristes, ce dernier attire des milliers de visiteurs tous les ans lorsque les beaux jours reviennent.

Quand les drones servent à repérer et sanctionner les personnes en petite tenue à la plage

Et justement, si l’on en croit les déclarations de la police, alors tous ces visiteurs ne seraient pas armés des meilleures intentions au monde.

Lors d’une entrevue avec CBS, Randy Mahlen, le sergent du département de police de Golden Valley, a ainsi fait savoir que ses équipes avaient reçu plus d’une douzaine de plaintes depuis le retour des beaux jours, des plaintes visant des personnes nues, buvant de l’alcool ou même se droguant à la plage.

Appréciant peu les libertés prises par les vacanciers, Randy Mahlen a donc envoyé une équipe sur place en fin de semaine dernière et cette dernière a utilisé un drone pour survoler l’une des plages les plus populaires du lac.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Quelques minutes à peine après avoir aperçu le drone, les plaisanciers ont vu débarquer sur la plage sept agents du GVPD et de la police des parcs de Minneapolis afin de sanctionner les personnes les plus légèrement vêtues.

À lire aussi : Quand un pilote de drone modélise l’île Maurice

Des mesures très critiquées

Toutefois, et selon les témoignages récoltés par CBS, les agents en question se seraient dirigés principalement vers les personnes noires. Très vite, le ton serait alors monté et la police aurait préféré quitter les lieux. Une décision assez logique compte tenu du contexte actuel. Le meurtre de George Floyd est encore dans tous les esprits.

Il faut préciser que le règlement des parcs de Minneapolis stipulait à l’origine que les personnes âgées de 10 ans ou plus ne devaient pas exposer leurs organes génitaux ou même leur poitrine, du moins lorsque ce sont des femmes. L’interdiction a cependant été très critiquée et de nombreuses voix ont condamné ce qui a été désigné comme une nouvelle manière de discriminer les femmes et les personnes transgenres.

Finalement, la semaine dernière et suite aux pressions exercées par les habitants, le conseil d’administration a pris la décision d’abroger l’ordonnance.

À lire aussi : L’US Army développe des drones capables de changer de forme

Mots-clés insolite