Au Texas, l’eau du robinet est contaminé par un microbe mangeur de cerveau

De l’eau contenant un microbe mangeant le cerveau de ceux qui la boivent, on croirait entendre le scénario d’un film d’horreur. C’est cependant la mise en garde que Texas Commission on Environmental Quality (TCEQ) a lancé de manière officielle aux habitants de quelques villes de l’État, avant de lever les restrictions sauf pour l’agglomération de Lake Jackson.

Les incrédules penseront peut-être qu’il s’agit de simples rumeurs inventées pour faire peur et pour faire le buzz. Mais les faits sont là, une espèce d’amibe appelée Naegleria fowleri, une variété rare d’amibes, a infecté le réseau de distribution d’eau de cette ville du Texas.

Un tuyau déconnecté du réseau de plomberie

Crédits Pixabay

Le Naegleria fowleri vit normalement en eau douce et jusqu’à présent, peu de cas de décès qui lui sont dus ont été déclarés aux États-Unis. Malgré tout, la vigilance est de mise, une infection causée par cette amibe peut rapidement conduire à la mort.

Un protozoaire adepte des rivières et des lacs

Pour information, le Naelgeria fowleri  se rencontre habituellement en eau douce, c’est-à-dire dans les rivières ou les lacs. Il affectera alors l’organisme humain en se faufilant par le nez pour arriver dans le cerveau et s’attaquer petit à petit à cet organe.

Une infection se produit la plupart du temps lors de baignades en eau douce et, plus rarement, lors de baignades dans des piscines mal chlorées ou tout simplement en buvant de l’eau du robinet qui n’a pas été portée à ébullition, alors que le réseau de distribution a été contaminé par le protozoaire.

La maladie occasionnée par le microbe provoque des convulsions, des vomissements et des hallucinations suivies par la mort de l’hôte, 5 à 10 jours après l’infection. Dans certains cas, le Naelgeria fowleri peut aussi provoquer une méningoencéphalite amibienne primaire, maladie très mortelle que redoute le CDC.

Une localité du Texas est affectée de manière avérée

Suite au décès d’un enfant dans la localité de Lake Jackson, des tests effectués dans la tuyauterie de la maison ont confirmé que le Naelgeria fowleri était bien à blâmer, d’après les informations. Face à la situation, 8 villes ont d’abord été averties et invitées à n’utiliser l’eau du réseau d’eau potable que pour l’évacuation des toilettes.

Après des investigations plus poussées, le 26 septembre dernier, tout risque d’infestation a été écarté pour 7 sept villes. Les restrictions ont ainsi été levées sauf pour la communauté de Lake Jackson qui reste jusqu’à présent sous surveillance.

La TCEQ a déclaré sur les réseaux sociaux qu’elle prévoie de procéder à un nettoyage complet du système de distribution d’eau avec l’aide de la ville. Sans quoi, la vie des 27 000 habitants de Lake Jackson serait à craindre du fait de ce microbe mangeur de cerveau.