Au tour d’Atari de se lancer sur le marché des NFT

C’est le nouveau mouvement qui fait frémir le monde de la tech et le marie avec celui de l’Art dans une relation des plus incestueuses – les NFT, ces jetons non fongibles (dont la nature a précédemment été expliquée dans les pages de votre site préféré) qui font surtout acte de certificat d’authenticité dans la mis en vente d’éléments numériques – ces fameux crypto-arts qui peuvent se décliner sous tant de formes différentes.

Qu’ils s’agisse de grosses corporations ou d’artistes indépendants, beaucoup se lancent dans ce qui se fait voir comme la nouvelle donne du marché de l’art… Et c’est maintenant au tour d’Atari, la célèbre marque du défunt mastodonte de l’industrie vidéoludique qui lance, en partenariat Animoca Brands “leader mondial dans le blockchain gaming de marque“, la Atari Capsule Collection – des NFT de collection mis aux enchères sur Internet.

Photo de Benjamin Nela – Pixabay.com

Depuis le lancement de cette initiative plus tôt cette semaine, la marque aurait déjà récolté plus de 110,000 dollars après deux ventes aux enchères – l’une mettant en vente une dizaine de modèles 3D de la cartouche du jeu Centipede, avec des prix allant de 6,300 à 18,300 dollars, l’autre… une centaine de modèles 3D des cartouches rouges du même jeu, tarifée 180.79$ chacune. À moins d’avoir un fétiche particulièrement prononcé pour le shoot’em’up de 1981, on aurait bien du mal à justifier une telle dépense dans des cartouches au format virtuel… Sachant que leurs équivalents analogues sont, eux, disponibles pour à des prix beaucoup plus abordables sur eBay, entre autres.

On espère que vous aimez Centipede

À l’heure de la rédaction de ces lignes, une nouvelle vague de NFT  a été mise aux enchères publiques. On y retrouve, pêle-mêle, plusieurs exemplaires du modèle d’une cartouche – cette fois-ci en coloris doré – et des dioramas du titre Centipede ou encore de la pièce d’un quart de dollar américain estampillé Pong… Ironiquement, la seule offre qui comprend également un objet bien réel, le “Centipede Flagship”, sa réplique de borne d’arcade bien réelle et sa réplique virtuelle en NFT, est toujours à la vente pour la somme de 10.000$.

D’aucuns ne verront dans cette initiative blockchain une nouvelle triste tentative de se faire quelques deniers sur les souvenirs de la (deuxième) marque aux trois bandes. Atari d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec le constructeur de jeu vidéo d’autrefois – cela fait presque une dizaine d’années que la marque a été bringuebalée d’un groupe financier à un autre sans grande considération pour son héritage et son importance dans l’histoire du jeu vidéo. Elle est surtout devenue, au cours des récentes années, une excuse sous forme de tampon officieux pour légitimer des entreprises doutes, qu’il s’agisse d’un hôtel estampillé Age d’Or du gaming ou encore une console mini sous Android au développement polémique.

Mots-clés atariblockchainnft