Australie : la Grande Barrière de corail pourrait renaître grâce à cette immense masse de lave flottante… ou pas

Une éruption volcanique est un phénomène naturel dévastateur. Si on connaît tous les catastrophes terribles que peuvent engendrer les volcans terrestres, il faut savoir que l’océan aussi abrite des volcans encore actifs qui sont tout aussi capables d’engendrer des cataclysmes impressionnants.

Récemment, un volcan inconnu est entré en éruption dans l’océan qui borde le Royaume de la Tonga. L’expulsion de lave a provoqué la formation d’un immense radeau de magma flottant. Selon les scientifiques, cette masse rocheuse se dirigerait actuellement vers la Grande Barrière de Corail.

volcan

Crédit photo UNSPLASH

Il s’agit d’une situation compliquée, car si le magma durci pourrait apporter des éléments salvateurs à la Grande Barrière de Corail, c’est également le contraire qui pourrait se produire si la lave venait à transporter avec elle des créatures nuisibles à la Grande Barrière et son écosystème.

Un gigantesque radeau de magma flottant

C’est dans l’Océan Pacifique que la masse rocheuse de magma a été aperçu pour la première fois par des marins. Certains ont également constaté des nuages de fumée du côté de l’île volcanique Fonualei, ce qui suggère donc l’entrée en éruption d’un volcan sous-marin non loin de la Tonga, d’après l’Observatoire de la Terre. Au contact de la mer, les laves éjectées se sont transformées en des blocs crevassés qui ont donné lieu à une espèce de radeau de pierre ponce capable de flotter.

Le satellite Terre de la NASA a réussi à détecter le radeau de magma le 9 août, puis une photo a été prise par l’imageur de terrain opérationnel du Landsat 8 le 13 août. En se basant sur les relevés satellitaires, les volcanologues de la Smithsonian Institution avancent que ce serait l’œuvre d’un volcan sous-marin situé à 40 mètres sous l’eau et dont la dernière éruption remonterait à 2001.

Une masse rocheuse salvatrice ?

D’après la BBC, la masse rocheuse aurait une superficie de 150 m². Les marins qui l’ont croisée ont raconté que le radeau dégageait une légère odeur de soufre. Ce dernier a dérivé en direction sud-ouest et s’est légèrement dispersé le 22 août avant de se diriger vers la Grande Barrière de Corail.

Les scientifiques pensent que le radeau de magma pourrait éventuellement aider à la conservation des espèces et redresser la barrière. Scott Bryan, professeur de géologie et de géochimie à la Queensland University of Technology, a déclaré à la CNN que « Les radeaux de pierre ponce regorgent souvent de vie marine, comme les nouvelles balanes et les nouveaux coraux ». Il n’a cependant pas nié la possibilité d’une propagation d’espèces envahissantes qui pourrait nuire à la Grande Barrière de Corail. C’est donc avec une certaine appréhension que les scientifiques attendent de voir la suite.