L’Australie veut obliger les internautes à s’identifier pour accéder à du contenu pour adultes

L’Australie s’inquiète de l’impact que peuvent avoir les contenus adultes sur les publics les plus jeunes. Pour faire face à la situation, le gouvernement australien envisage donc de mettre en place un système d’identification. Parmi les différentes pistes envisagées, la biométrie.

Les contenus pour adultes ne sont pas nouveaux. Le Coucher de la mariée est en effet souvent considéré comme le premier film érotique de l’histoire du cinéma et il a été réalisé en 1896. Très vite, le genre s’est développé, notamment en Amérique latine.

Image par Free-Photos de Pixabay
Image par Free-Photos de Pixabay 

Internet n’a donc rien inventé. En revanche, il a largement contribué à rendre ces contenus plus accessibles.

L’Australie veut limiter l’accès aux sites pour adultes

Et c’est évidemment un problème. C’est un problème parce que tous les internautes ne sont pas des personnes majeures. Les adolescents et les enfants sont de plus en plus connectés, ce qui les expose par la même occasion davantage à ces contenus.

Or justement, à ces âges, les esprits sont plus malléables et ces contenus peuvent donc donner aux jeunes publics une fausse image de la sexualité. Encore plus s’ils tombent sur des contenus hardcores.

Le gouvernement australien s’inquiète précisément de l’impact que peuvent avoir ces contenus sur les plus jeunes enfants. Un comité mixte a donc été nommé et mis en place afin de travailler sur une solution pour empêcher les enfants et les jeunes d’adolescents de consulter ces contenus.

Un système d’identification envisagé

Pour le moment, ce comité n’a encore rien annoncé, et il n’a pas non plus expliqué comment il comptait restreindre l’accès aux portails pour adultes. En revanche, ses membres ont annoncé vouloir se focaliser sur la vérification obligatoire de l’âge.

A l’heure actuelle, lorsque vous tentez d’accéder à ces sites, vous êtes le plus souvent accueilli par un message vous avertissant que leur contenu se destine à un public majeur. Un bouton permet alors d’assurer aux propriétaires de ces portails que c’est bien le cas, mais aucune vérification n’est faite en amont. N’importe qui peut donc cliquer sur ces boutons, même des adolescents ou des enfants.

Le gouvernement australien souhaite justement changer ça, en poussant les internautes désireux d’accéder à ces sites à s’identifier formellement.

Un système reposant sur la biométrie ?

Comment ? La question reste entière, mais le comité semble examiner plusieurs pistes. La plus évidente de toutes serait de forcer les sites spécialisés à mettre en place des systèmes de vérification incluant l’analyse de cartes d’identité ou de passeports. Mais un tel système pourrait une fois de plus être facilement détourné.

Il reste donc une solution, une solution sérieusement envisagée par ce comité : la biométrie.

L’idée serait ainsi de pousser les internautes à scanner leur visage avant d’accéder à ces sites. La photo serait ensuite comparée à une base de données incluant des images provenant des cartes d’identité ou des passeports délivrés par l’administration australienne. Le visiteur serait alors identifié comme un adulte et il pourrait accéder au contenu demandé.

Une idée qui ne fera pas que des heureux

Techniquement, cette solution semble être la plus fiable, mais elle soulève bien entendu de nombreuses questions.

Notamment au sujet de la vie privée. La sexualité reste encore tabou et on imagine sans peine que les Australiens ne sauteront pas forcément de joie à l’idée d’être scanné par un système biométrique. Mais surtout, pour qu’une telle mesure puisse fonctionne, il faudrait que le système en question soit directement élaboré par les pouvoirs publics.

Ce qui nécessite des ressources importantes, tant en terme de budget que de compétences.

A noter que l’Australie n’est pas la seule à vouloir limiter l’accès à ces sites. La France aussi envisage de durcir le ton.