Autism Glass Project : La FDA pourrait bientôt approuver cette thérapie utilisant les lunettes Google Glass

Alors que Google n’a pas véritablement connu le succès escompté pour ses Google Glass, la firme technologique pourra se consoler en voyant son invention être utilisée par des chercheurs dans un domaine de recherche pouvant améliorer le quotidien des enfants souffrant du spectre de l’autisme.

En effet, depuis six ans, les chercheurs de l’Université de Stanford se sont penchés sur l’Autism Glass Project, une initiative de la faculté de médecine de l’université, pour mettre au point une application particulière sur les lunettes de réalité augmentée afin d’aider les enfants autistes.

Google Glass 2.0

Et d’après les informations de Digital Trends du vendredi 27 mars 2020, le projet est en bonne voie pour recevoir l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA).

Améliorer les interactions sociales des enfants autistes

En fait, ce projet consiste à aider les personnes atteintes du spectre de l’autisme à identifier les émotions sur les visages de leur interlocuteur ou des individus qui les entourent, sans quoi elles pourraient interpréter différemment ces émotions.

Pour ce faire, les chercheurs ont ainsi doté les lunettes Google Glass d’une caméra orientée vers l’extérieur qui, grâce à une application, peut identifier les émotions perçues et les représenter en emoji ou en pop-up écrit que peuvent voir les utilisateurs des lunettes.

À défaut d’emoji ou de pop-up, les utilisateurs peuvent également choisir de recevoir un signal audio sous la forme d’une voix identifiant l’émotion que seul l’utilisateur peut entendre grâce à un haut-parleur situé dans les lunettes. Ces dernières peuvent notamment identifier les émotions comme la joie, la colère, la surprise, la tristesse et la peur.

À lire aussi : Les Google Glass 2.0 en fuite sur la toile

Les médecins pourront suivre l’évolution des jeunes patients

Outre ces capacités, les lunettes Google Glass seront également associées à une application qui permettra aux soignants d’examiner les vidéos montrant les interactions sociales des patients. Dans un nouvel éditorial écrit pour IEEE Spectrum, les chercheurs déclarent qu’ :

En raison du déséquilibre croissant entre le nombre d’enfants nécessitant des soins et le nombre de spécialistes capables de fournir une thérapie, nous pensons que les cliniciens doivent donc rechercher des solutions pour évoluer à une plus grande échelle et de manière décentralisée. Plutôt que de compter sur les experts pour tout, nous pensons que la saisie des données, la surveillance et la thérapie – les outils nécessaires pour aider tous ces enfants – doivent être placées entre les mains des patients et de leurs parents.

Si cette thérapie reçoit l’approbation de la FDA, elle pourrait permettre le déploiement de cette technologie à toutes les personnes qui en ont besoin. Mais, plus important encore, elle bénéficierait des régimes d’assurance maladie en tant que thérapie de réalité augmentée vérifiée.

Mots-clés google glass