Des chercheurs travaillent sur d’autres méthodes de contraception masculines

Actuellement, le droit à l’avortement est remis en cause dans de nombreux pays du monde. Dans ce contexte, la mise au point de nouvelles méthodes de contraception, surtout masculine, devient de plus en plus urgente. En effet, ce sont essentiellement les femmes qui doivent gérer les risques liés à la grossesse. Pour cause, elles disposent d’options plus nombreuses que les hommes. Le problème est que cette charge engendre un mécontentement pour de nombreuses femmes.

Des pilules contraceptives et un préservatif

Les hommes disposent généralement de deux alternatives : le retrait et les préservatifs. Là encore, il y a un problème, car le taux d’échec est assez élevé. Il est de 20 % pour la première option et de 2 % pour la seconde. D’ailleurs, les mauvaises habitudes d’utilisation liées au préservatif font hausser le pourcentage jusqu’à 13 %.

Sans compter le fait que beaucoup d’hommes préfèrent ne pas utiliser de préservatifs pour diverses raisons. De ce fait, plusieurs entités travaillent afin de mettre au point de nouvelles contraceptions masculines.

Les hommes sont plus enclins à la contraception

En 2017, une enquête a été faite sur 1.500 hommes âgés de 18 à 44 ans. 80 % d’entre eux désiraient éviter à leur partenaire de tomber enceinte involontairement. De plus, ils considéraient que la responsabilité d’éviter la grossesse leur revenait ou était partagée.

Néanmoins, un bon nombre d’hommes n’apprécie pas l’utilisation des préservatifs. Par conséquent, ils sont plus enclins à appliquer le retrait ou même à ne rien faire. Heureusement, 87 % des hommes insatisfaits par le préservatif sont favorables à l’essai de nouvelles méthodes de contraception masculine.

Effectivement, une enquête de 2002 a rapporté que 55 % des interrogés seraient prêts à utiliser une nouvelle technique. L’enquête en question implique 9.000 hommes de neuf pays répartis sur quatre continents. De fait, beaucoup d’hommes dans le monde sont a priori intéressés par de nouvelles options.

Pourquoi si peu de contraceptions masculines ?

Le soutien du développement des contraceptions masculines provient essentiellement des organisations gouvernementales et non gouvernementales. Malheureusement, peu de ces organismes disposent d’une infrastructure équivalente à celle de l’industrie pharmaceutique.

De même, ce sont principalement quelques personnes assistées par des organismes de recherche clinique qui dirigent les travaux. Sans compter que les ressources financières insuffisantes ralentissent les travaux.

Quant à l’industrie pharmaceutique, il y a quelques raisons possibles qui expliquent leur désengagement par rapport à la contraception masculine. Le coût du développement et les incertitudes liées au marché en sont des exemples.

SOURCE : SCIENCEALERT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.