Aux États-Unis, il pleut du plastique dans les montagnes Rocheuses

La pollution plastique est un problème majeur qui touche actuellement toute la planète. Premier polluant qui dégrade l’environnement, le plastique se retrouve jusque dans les océans. Si les régions urbaines sont aujourd’hui obligées de composer avec cet élément omniprésent dans notre quotidien, il se trouve que le plastique a atteint des régions encore plus reculées.

En effectuant des recherches sur la quantité d’azote contenue dans les eaux de pluie, des chercheurs de l’US Geological Survey (USGS) ont fait une découverte des plus surprenantes.

Crédits Pixabay

Après avoir analysé des échantillons de pluies dans les Rocheuses, ils y ont trouvé une quantité de plastique alarmante.

Les chercheurs ont publié un rapport intitulé « It is raining plastic » (littéralement « Il pleut du plastique ») dans lequel ils font part de leur découverte.

Du plastique dans les eaux de pluie

Si la présence de micro plastique dans les eaux de pluie proche des régions urbaines n’étonne plus les scientifiques, le fait de les retrouver jusque dans les hautes montagnes les laisse perplexes.

Les chercheurs ont effectué des échantillonnages d’eau de pluie sur huit différents sites dans le Colorado. Sur 90 % des échantillons, les microplastiques étaient omniprésents. Les chercheurs en ont même découvert dans les échantillons de pluie récoltés sur un site appelé CO98.

Il s’agit d’un fait des plus étonnant, car l’endroit est situé à environ 3 159 mètres d’altitude dans les rocheuses.

Selon les chercheurs, le plastique ne se limite donc plus à une condition urbaine : « c’est sous la pluie, c’est dans la neige. C’est une partie de notre environnement maintenant. »

Le plastique fait aujourd’hui partie de l’environnement

D’après des spécialistes, plus de 70 000 particules microplastiques sont consommées par l’être humain chaque année. Le chercheur et chimiste de l’USGS, Gregory Wetherbee a d’ailleurs affirmé à ce sujet : « le résultat le plus important que nous pouvons partager avec le public américain est qu’il y a plus de plastiques qu’il n’y paraît. »

Le but premier des chercheurs de l’USGS était cependant d’analyser la pollution de l’azote dans les eaux de pluie. « Cette étude n’a pas été conçue pour la collecte et l’analyse d’échantillons à la recherche de particules de plastiques. Les résultats sont inattendus et opportuns », a indiqué l’équipe. Au vu des résultats obtenus par leurs recherches, ils estiment qu’une tout autre étude dédiée à l’analyse des micro plastiques sera nécessaire.

Un article récemment publié dans la revue Nature Geoscience avait toutefois déjà rapporté la présence de microplastiques dans des environnements inattendus. De quoi faire réfléchir sur l’avenir de notre planète.