Aux Etats-Unis, un prisonnier a été libéré après 36 années passées en prison… pour avoir volé 50 $

Le 24 janvier 1983, Alvin Kennard, alors âgé de 22 ans, est entré dans une boulangerie à Bessemer, en Alabama, et a dérobé environ 50 $. Il n’imaginait sans doute pas en ce moment-là que le crime qu’il venait de commettre allait lui coûter 36 années dernières les barreaux.

En effet, en dépit du maigre butin et du fait que personne n’a été blessé lors du vol, Kennard a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Prison Facebook

Crédits Pixabay

Trente-six ans plus tard, un juge a décidé de lui rendre enfin sa liberté !

La prison à vie pour les récidivistes persistants

Selon CBS24, c’est un juge du nom de David Carpenter qui a décidé de reconsidérer la peine de Kennard après 36 ans de prison. Une libération attendue depuis longtemps, car l’ancienne loi de l’Alabama sur les délinquants criminels récidivistes a changé depuis la condamnation de Kennard. En vertu de cette loi, les juges avaient pour mandat de condamner à la réclusion à perpétuité les récidivistes avec trois infractions antérieures.

Avant le vol de la boulangerie, Kennard avait déjà été reconnu coupable de deux chefs d’accusation de vol avec effraction et d’un chef de grand larcin. Le vol de la boulangerie était sa quatrième infraction et il a donc été condamné à la prison à vie.

L’ancienne loi a cependant été mise à jour au début des années 2000 pour permettre aux juges d’accorder la possibilité de libération conditionnelle aux contrevenants pour la quatrième fois. Mais comme la loi n’était pas rétroactive, elle n’avait pas automatiquement changé la peine antérieure prononcée contre Kennard.

Un détenu exemplaire

C’est seulement lorsque l’incroyable cas de Kennard a atterri sur le bureau du juge Carpenter que sa peine à perpétuité a été revue. Selon son avocate, Carla Crowder, « Le juge dans cette affaire a remarqué à quel point il semblait étrange qu’une personne purge une peine à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour un vol de 50 dollars », rapporte ABC News.

Crowder a déclaré qu’elle s’était impliquée dans l’affaire Kennard après que le juge lui ait demandé de se pencher sur la question. Outre le changement de la loi, le comportement exemplaire de Kennard en prison a également joué en sa faveur.

En effet, Crowder explique que lorsqu’elle est arrivée pour la première fois chez son client à l’établissement pénitentiaire Donaldson, un gardien lui a dit à son propos : « Voici un homme que vous pourriez laisser sortir et qui ne causerait plus d’ennuis. »

De nombreux autres récidivistes condamnés à perpétuité comme Kennard

La famille de Kennard, qui pour la plupart est restée à Bessemer depuis son incarcération, était présente lors de son audience de renvoi. Kennard lui-même s’est excusé pour son crime juste avant sa nouvelle sentence. « Je veux juste dire que je suis désolé pour ce que j’ai fait », a-t-il déclaré. « J’assume la responsabilité de ce que j’ai fait par le passé. Je veux avoir la chance de bien faire les choses. »

Bien que la libération de Kennard ne soit pas encore effective, l’homme envisage déjà de travailler comme charpentier une fois libéré et de rester avec sa famille en Alabama. Il devrait retrouver la liberté dans les prochains jours, bien que la date exacte ne soit pas encore connue.

Mais si Kennard va retrouver la liberté, des centaines autres personnes comme lui qui sont en prison depuis de longues années, pour la même raison, n’ont pas encore eu la chance de voir leur peine reconsidérée en vertu de la loi modifiée de l’État. Ils sont actuellement plus de 250 prisonniers qui purgent une peine à perpétuité et attendent d’avoir une seconde chance.