Aux Etats-unis, un suspect a été innocenté grâce à un selfie

En septembre 2017, l’américain Christopher Precopia a été arrêté par la police dans la scierie où il travaillait à Georgetown après avoir été accusé par son ex-petite amie d’avoir porté atteinte à sa vie et d’avoir commis un vol. à la suite de ces accusations, Christopher Precopia risquait une peine de prison de 99 ans.

Heureusement pour lui, il a été disculpé grâce un selfie qui lui a servi d’alibi, car il a été pris au moment de la tentative présumée.

Avant de pouvoir prouver son innocence, le jeune homme a dû passer quelque temps en prison, à la suite de quoi sa famille a dû payer une caution de 150 000 dollars pour le libérer.

Par chance, ce selfie prouve qu’au moment de l’attaque de son ex-petite amie, il se trouvait dans un hôtel d’Austin, à plus d’une centaine de kilomètres du lieu de l’agression.

La victime, seule témoin

Les accusations portées à l’encontre de Christopher Precopia reposaient uniquement sur les dires de la prétendue victime. Elle avait raconté aux policiers que son ex était entré par effraction chez elle et qu’il l’avait agressé en traçant une croix sur sa poitrine à l’aide d’un cutter.

Des accusations qui étaient totalement fausses d’après la famille de Christopher Precopia, car ce dernier se trouvait avec sa mère lors d’une soirée en famille. Fort heureusement, il a gardé une trace de cette soirée sur smartphone.

Une vengeance contre son ex

Les accusations de la victime ont été discréditées grâce à un selfie dont la mère de Christopher Precopia s’est souvenue. En effet, elle s’est rappelé que le jour de cette prétendue agression, ils étaient ensemble à une soirée en famille durant laquelle ils avaient fait un selfie dans un hôtel.

« Grâce à Dieu, l’accusation a indiqué que l’agression avait eu lieu une journée où l’on pouvait assurer à 100% qu’il n’était pas présent » a-t-elle expliqué. Face à cette preuve irréfutable, l’ex de Christopher Precopia a retiré sa plainte en juin 2018 et a avoué qu’elle avait inventé cette histoire pour se venger de son ex-petit ami.

D’après les médias, on ne sait pas si elle a réellement été agressée par quelqu’un auparavant et en avait profité pour inventer cette histoire ou si elle s’est entaillée au niveau de la poitrine toute seule.

Mots-clés justiceselfie