Aux USA, plus de la moitié des tweets prônant la fin du confinement sont… publiés par des robots

Malgré ces merveilleux outils que sont les réseaux sociaux, la désinformation se répand à vitesse grand V sans que les modérateurs ne puissent gérer les millions de publications quotidiennes. Ces plates-formes font pourtant tout pour lutter contre les comptes frauduleux, comme lorsque Twitter décide de limiter ceux pouvant répondre à un tweet. Et c’est justement sur ce réseau social que des millions de messages ont été publiés à propos du Covid-19, notamment des invitations à détruire les antennes 5G qui provoqueraient soi-disant la propagation de la pandémie. Mais ces dernières semaines, Twitter a vu pulluler un nouveau combat aux USA.

Ce combat, c’est celui de l’anti-confinement, prôné largement par les supporteurs de Donald Trump.

L'écran d'accueil de Twitter sur smartphone

Crédits Pixabay

Comme le rapporte CTV, plus de la moitié de ces tweets sont postés par des bots.

Un mouvement anti-confinement artificiel ?

C’est ce que semblent penser les chercheurs de l’Université de Carnegie Mellon qui ont mené cette enquête. Car depuis plusieurs semaines, aux USA, des groupes proches de l’extrême droite défilent pour la fin du confinement, parfois armés. Parmi les supporteurs, beaucoup veulent retourner travailler alors que le chômage frappe le pays durement. certains se retrouvent dans une situation très précaire face à la pandémie. Sans oublier les supporteurs de la liberté individuelle qui voient le confinement comme une entrave.

Et ce combat est également mené sur Twitter, où beaucoup de comptes demandent le déconfinement et mettent la pression sur différents États. Des comptes également motivés par Donald Trump, qui veut rapidement fermer le chapitre du Covid-19 alors que les USA ont atteint les 100 000 morts ! Des comptes qui sont des bots pour les chercheurs de l’Université de Carnegie Mellon, qui expliquent que le mouvement a été gonflé artificiellement.

200 000 millions des tweets ont été publiés par des bots, soit la moitié des messages. 50% prônent une “réouverture des USA” et 60% des comptes influents sont également des… robots. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs seront passés par une intelligence artificielle qui a analysé les comptes pour dresser cette liste précise.

Gonfler les chiffres artificiellement est une méthode bien connue par les militants politiques. Parfois, un hashtag propulsé par des bots arrive dans les tendances sur Twitter.