Avalon, le projet d’Ubisoft annulé qui se voulait plus ambitieux que Tolkien

Ubisoft est connu à travers le monde pour bon nombre de franchises : Rayman, Splinter Cell (et son retour annoncé récemment…), Ghost Recon, Rainbow Six, Assassin’s Creed ou encore Far Cry, dont l’épisode 6 signerait le retour de Vaas Montenegro. Mais un projet avait vu le jour en 2018, appelé Avalon, dirigé par Mike Laidlaw, à qui l’on doit notamment la franchise Dragon Age de BioWare, RPG acclamé par la critique et les joueurs. Mais depuis, le jeu a été annulé pour des raisons qui restaient mystérieuses. Et Jason Schreier, journaliste connu officiant chez Bloomberg, Serge Hascoët en serait la cause.

Dans son enquête, Jason Schreier explique que Serge Hascoët s’est emparé du projet et l’a sabordé.

Crédit : Ubisoft

Pour rappel, Serge Hascoët a démissionné suite aux scandales d’agressions sexuelles et harcèlements dans l’entreprise.

Un projet dirigé, mais sabordé par Serge Hascoët

Avalon est désormais de l’histoire ancienne. Et selon Jason Schreier, Serge Hascoët, qui a démissionné (pour ne pas dire poussé au départ) de chez Ubisoft, en est partiellement responsable. Comme l’explique le journaliste, l’homme est devenu très envahissant sur le projet. D’après plusieurs anciens et actuels employés d’Ubisoft Montréal, Serge Hascoët demandait aux équipes à ce qu’Avalon soit encore plus ambitieux qu’un Tolkien.

De hautes exigences qui auront poussé Serge Hascoët a refusé plusieurs jeux de type Heroic fantasy, proches dans l’esprit d’un Monster Hunter de Capcom. Quant à Mike Laidlaw, qui dirigeait le projet Avalon, ce dernier a tout fait pour maintenir le développement et répondre aux demandes de Serge Hascoët. Malgré tous les efforts de l’homme, l’ex-numéro 2 d’Ubisoft a décidé d’annuler le jeu l’automne dernier. Quant à Mike Laidlaw, ce dernier a tout simplement quitté l’entreprise.

Pour l’analyste Doug Creutz, avoir “donné autant de pouvoir à une seule personne était très dangereux“, évoquant Serge Hascoët.

Si l’affaire concerne avant tout un jeu malheureusement annulé par Ubisoft, l’enquête de Jason Schreier fait écho aux différentes accusations à l’encontre de Serge Hascoët et son pouvoir au sein de l’entreprise.

Un pouvoir qui lui aura permis, malgré les efforts de développeurs et multiplies tentatives, d’annuler Avalon, avec l’idée de faire mieux que l’univers de Tolkien. Et donc une grosse pression sur les épaules de l’équipe, alors que l’entreprise est épinglée pour son ambiance stressante et clivante.