Avec FRIPON, la France va pouvoir traquer les météorites du système solaire

La France a inauguré un nouveau réseau faisant figure d’observatoire astronomique : FRIPON. Il se base sur des dizaines de caméras réparties à travers tout l’hexagone et il a pour mission de surveiller le ciel en toute occasion et à 360°. Grâce à lui, nos chercheurs vont donc pouvoir traquer les météorites se déplaçant à travers le système solaire.

FRIPON est né de l’association entre l’Observatoire de Paris, le CNRS, le Muséum d’Histoire Naturelle et les Universités de Paris-Sud et d’Aix-Marseille. A terme, il se reposera sur une centaine de caméras différentes.

FRIPON

FRIPON va nous permettre de traquer les météorites.

Cet observatoire a pour mission de surveiller le ciel et de traquer les météorites.

FRIPON va nous permettre de surveiller le ciel et de traquer les météorites

Tout a commencé le 15 février 2013 lorsqu’une grosse météorite a explosé au dessus de la ville russe de Tchéliabinsk. L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque, et ce pour une raison assez simple : cette explosion n’avait pas été anticipée par les agences spatiales.

La NASA et ses consoeurs surveillent bien évidemment le système solaire en permanence mais elles traquent uniquement les corps les plus massifs et donc ceux qui présentent un véritable risque pour l’humanité. Elles n’ont en effet pas les moyens matériels et humains de suivre toutes les météorites qui se déplacent dans le système solaire.

La France compte visiblement tirer son épingle du jeu car FRIPON va lui permettre de surveiller le ciel en permanence, de jour comme de nuit.

Mais l’observatoire ne se contentera pas de suivre le déplacement des météorites voyageant à travers le système solaire. Grâce à ces fameuses caméras, les chercheurs vont aussi pouvoir retrouver les corps s’écrasant à la surface de notre planète. Les retrouver, et les analyser.

Traquer les météorites pour mieux comprendre le processus de formation du système solaire

Les météorites sont des corps assez particuliers. Ce sont en effet les objets les plus anciens du système solaire et cela veut aussi dire qu’elles recèlent de nombreuses informations sur ses origines et sur les conditions de sa formation. Elles nous offrent donc un autre regard sur la genèse des planètes qui l’habitent mais également sur leur composition.

A l’heure actuelle, lorsque des chercheurs trouvent une météorite, ils ne peuvent pas déterminer sa réelle provenance. FRIPON va changer cet état de fait et l’observatoire nous permettra ainsi de savoir d’où viennent les corps échoués sur notre territoire.

Le CNRS a mis en ligne une vidéo l’année dernière pour expliquer la genèse du projet. Elle présente notamment une de ces caméras et elle vous permettra d’en apprendre un peu plus sur ses possibilités et sur la technologie utilisée dans sa conception.