Avec iOS 17.4, voyager hors de l’UE pourrait vous priver des mises à jour d’applis tierces !

C’est ce 7 mars 2024 qu’Apple a annoncé cette mise à jour de sa politique concernant l’utilisation de boutiques d’applications tierces sur iOS 17.4.

Apple
Crédit 123R

Désormais, un simple séjour prolongé en dehors de l’Union pourrait contraindre les utilisateurs à renoncer temporairement à certaines fonctionnalités cruciales.

Une nouvelle donne imposée par le marché du numérique

La genèse de ce bouleversement réside dans l’entrée en vigueur de la loi sur les marchés numériques (DMA) au sein de l’Union européenne. Cet acte législatif vise en fait à stimuler la concurrence en contraignant les géants de la tech à assouplir leur emprise. Apple, jadis fervent défenseur de l’écosystème clos de l’App Store, se voit ainsi contraint d’autoriser l’installation de boutiques d’applications alternatives sur ses appareils mobiles en sol européen.

À lire aussi : Désactivation des applications web : Apple à nouveau dans le collimateur de l’UE

Cependant, cette ouverture s’accompagne d’une nuance cruciale. Voici ce qu’ils disent réellement :

« Pour tenir compte des modifications apportées par la loi sur les marchés numériques, les utilisateurs de l’Union européenne peuvent installer des places de marché d’applications alternatives et installer des applications proposées par l’intermédiaire de places de marché d’applications alternatives dans iOS 17.4 ou une version ultérieure. Le pays ou la région de votre identifiant Apple doit être défini sur l’un des pays ou l’une des régions de l’Union européenne, et vous devez être physiquement situé dans l’Union européenne.

L’éligibilité de votre appareil aux places de marché d’applications alternatives est déterminée à l’aide d’un traitement sur l’appareil et seul un indicateur d’éligibilité est envoyé à Apple. Pour préserver votre vie privée, Apple ne collecte pas la localisation de votre appareil.

Si vous quittez l’Union européenne, vous pouvez continuer à ouvrir et à utiliser les applications que vous avez installées sur les places de marché alternatives. Les places de marché d’applications alternatives peuvent continuer à mettre à jour ces applications jusqu’à 30 jours après votre départ de l’Union européenne, et vous pouvez continuer à utiliser les places de marché d’applications alternatives pour gérer les applications précédemment installées. Toutefois, vous devez vous trouver dans l’Union européenne pour installer des places de marché alternatives et de nouvelles applications provenant de places de marché alternatives. »

Un véritable casse-tête pour les globe-trotteurs assidus, qui devront jongler entre séjours prolongés et accès ininterrompu à leurs services préférés.

Une décision aux multiples ramifications

Au-delà de l’inconvénient pratique, cette mesure soulève des interrogations profondes quant aux motivations sous-jacentes d’Apple. S’agit-il d’une tentative subtile de préserver son emprise sur le marché européen ? Ou bien d’une réponse pragmatique aux impératifs de sécurité et de respect de la vie privée ?

Quel que soit le mobile d’Apple, nul doute que cette annonce suscitera un vif débat parmi les acteurs de l’industrie, les autorités réglementaires et, bien entendu, les consommateurs eux-mêmes. Aussi, cette nouvelle donne promet d’insuffler un vent de fraîcheur et d’innovation dans l’univers mobile d’Apple. Reste à voir si les consommateurs embrasseront cette diversité émergente ou resteront fidèles au confort familier de l’App Store officiel.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.