Avec SHAASUIVG dans la place, Samsung n’a qu’à bien se tenir

Vous pensiez qu’il fallait dépenser plusieurs centaines d’euros au bas mot pour faire l’acquisition d’un téléviseur 4K de 55 pouces ? Hommes (et femmes) de peu de foi ! Vous n’avez tout simplement pas cherché au bon endroit. SHAASUIVG, une marque chinoise (on vous met au défi de prononcer son nom) lorgnant fortement sur le logo de Samsung, sa typographie et certains produits de la firme coréenne, propose ce type de téléviseurs pour seulement 388 ¥ (soit environ 50 euros). Une somme dérisoire qui laisse évidemment préfigurer d’un produit à la qualité plus que douteuse. Un produit qui n’en est pas moins proposé sans la moindre honte par Pinduoduo, géant chinois du e-commerce.

Côté à Wall Street depuis deux semaines, le troisième site de vente en ligne chinois subit de sérieux revers en bourse, et ce à mesure que sa réputation de vendeur de contrefaçons s’assoit outre-atlantique.

Un téléviseur 4K de 55 pouces à 50 euros ? Pas de problème pour SHAASUIVG, un copycat de Samsung présent sur Pinduoduo, le géant chinois du commerce en ligne accusé de vendre des contrefaçons.

Cette méfiance renforcée à l’égard du site marchand émane notamment d’une enquête diligentée par le régulateur chinois du commerce, expliquent Les Echos. Elle aura suffi à faire perdre 20 points au cours des actions de Pinduoduo, pour un titre qui plafonnait ce matin à seulement 20 dollars. La plateforme de Colin Huang, un ancien de Google, assure avoir supprimé plus de 10 millions de produits de ses rayonnages virtuels, et déclare vouloir « rectifier en profondeur » sa politique en la matière… sans toutefois promettre une absence totale de « produit de mauvaise qualité » sur sa boutique.

Pinduoduo : une Success Story chinoise sur fond de produits en toc

Au travers d’une stratégie combinant réseau social et achats groupés, Colin Huang aura réussi à faire de Pinduoduo une entreprise prospère, capable de rivaliser avec les deux autres géants chinois du e-commerce (Alibaba et JD.com). Fort d’un chiffre d’affaires de 100 milliards de yuans (15 milliards de dollars) en 2017, de 300 millions de clients, et d’un peu plus d’un million de vendeurs professionnels, Pinduoduo faisait récemment sa lucrative entrée en bourse (1,3 milliard de dollars encaissés à cette occasion) avec une valorisation de plus de 24 milliards de dollars.

La politique du nombre adoptée par le e-marchand, peu regardant sur les vendeurs professionnels autorisés à vendre sur sa plateforme, l’aura conduit à se forger une vilaine réputation, notamment en occident. Une réputation qui ne serait que partiellement méritée. Comme le notent Les Echos, l’essentiel des revenus de Pinduoduo provient de l’alimentaire à prix cassé et de la vente de produits du quotidien.

De son côté, le parlement chinois tente de lutter comme il peut contre la contrefaçon. En juin, une proposition de loi était ainsi étudiée. Elle avait notamment pour but de forcer les plateformes d’e-commerce à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la vente en ligne de produits contrefaits.