Avez-vous le sang le plus rare du monde ? Dans ce cas, il vaut de l’or !

On dit d’une personne qu’elle a le « sang en or » si elle présente le groupe sanguin Rh null. Il faut savoir qu’il n’existe qu’une cinquantaine de personnes possédant le groupe sanguin le plus rare du monde.

Des cellules sanguines.

Sa rareté implique que les dons de Rh null sont incroyablement rares en cas de besoin d’une transfusion sanguine. Quelles en sont les autres particularités ?

Quelles sont les caractéristiques du groupe des personnes au « sang en or » ?

Pour la petite histoire, sachez que le groupe sanguin Rh null a été découvert pour la première fois chez une femme aborigène australienne en 1961.  Les scientifiques ont été alertés par le fait qu’aucun antigène de son système sanguin n’avait  à sa surface la protéine Rh. Celle ci était également absente de la membrane érythrocytaire de son sang.

En d’autres thermes, ce sang ne contient aucun des 61 antigènes qui y sont souvent répertoriés. Depuis, il existe dans le monde moins de 50 individus connus pour avoir du sang Rh null  plus de 60 ans après sa découverte. Toutes ces personnes ont donc en commun le fait de ne pas posséder des antigènes Rh.

Par ailleurs, notez que les personnes de groupe Rh-null sont enclin à éprouver des symptômes d’une incompatibilité du facteur Rh pendant la grossesse. Dans ce cas précis, un scénario parmi les plus fatals se produit. La femme enceinte qui porte le « sang en or » et dont le bébé est Rh-positif est susceptible de produire de nombreux anticorps potentiellement dangereux. Ils attaqueront le fœtus et provoqueront inévitablement une fausse couche.

Comment le groupe Rh null affecte-t-il les porteurs ?

Les personnes de groupe Rh null éprouvent souvent une baisse du taux d’hémoglobine. De fait, dès la naissance, ils sont confrontés à des formes d’anémie sévère ou modérée ; ce qui réduit considérablement le nombre de leurs globules rouges. De façon concrète, cela se traduit par des symptômes plus communs comme la fatigue ou la pâleur de la peau.

Enfin, le groupe Rh null augmente les chances de souffrir d’hémolyse aiguë sévère encore appelée crise hémolytique. On distingue souvent les anémies hémolytiques héréditaires et acquises. Cette forme est héréditaire puisqu’elle résulte directement de la typologie de sang acquise. Il existe ainsi des cas d’infection ou de septicémie chez des personnes Rh null.

Elles sont souvent la cause d’hémolyse massive ; une insuffisance rénale ultérieure pouvant causer d’autres complications comme la fièvre, l’insuffisance rénale, des douleurs musculaires ou abdominales, de courbatures et de fièvres.

Le Rh null, un trésor aux propriétés contradictoires

Le ‘hic’ principal avec les détenteurs de ‘’sang en or’’ est qu’il n’y a presque pas de donneurs Rh null dans le monde. C’est la raison principale pour laquelle le sang avec un facteur Rh nul est considéré comme le plus précieux au monde et donc en ‘or’.

Les personnes Rh null ne peuvent être transfusées qu’avec du sang provenant des individus ayant le même phénotype qu’eux. Même s’ils reçoivent du sang Rh négatif, la présence d’autres antigènes Rh dans les globules rouges est une raison suffisante pour déclencher une réponse immunitaire sévère. Par conséquent, ces personnes conservent leur sang et le gèle en cas d’éventuelle urgence de transfusion sanguine.

Par contre, en raison du manque d’antigènes, le propriétaire de sang Rh null peut jouer le rôle du donneur universel. Cette spécificité fait que ce type de sang peut être transfusé à toute personne en situation de besoin sans risque de complications. Cela serait bien évidemment plus facile si ce type de sang n’était pas particulièrement compliqué à trouver.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.