Un avocat obligé de préciser qu’il n’est pas un chat durant un appel sur Zoom

Depuis la pandémie de Coronavirus, Zoom est devenu un outil de travail indispensable, en particulier pour les réunions. Oui mais beaucoup de gens ont encore un peu de mal à utiliser correctement le logiciel. C’est notamment le cas de Rod Ponton, un avocat texan : ce dernier s’est retrouvé coincé avec une tête de chat pendant une audience de justice qui s’est déroulée en visioconférence.

Il s’agit d’une histoire assez drôle, car lorsque l’avocat s’est connecté sur la plateforme, un filtre était activé, transformant son visage en celui d’un adorable petit chaton.

Crédits Pixabay

Ses collègues, dont le juge Roy Ferguson qui présidait l’audience, l’ont immédiatement averti du petit problème : « je crois que vous avez un filtre activé dans les réglages vidéo », a prévenu le juge Ferguson. Incapable de désactiver le filtre, le pauvre Ponton a alors cru bon de se justifier auprès des autres participants à la visio : « c’est bien moi en direct, je ne suis pas un chat. »

Un quiproquo hilarant

Le plus marrant c’est que le filtre n’est pas figé : en effet, il ne se contente pas seulement de donner une tête de chaton, mais la petite bouille bouge suivant les faits et gestes de l’utilisateur. C’est-à-dire que la bouche du chat parle lorsque Rod Ponton s’exprime et que ses yeux se déplacent là où l’avocat regarde. Le résultat est d’autant plus marrant, car la voix reste celle de Ponton.

Ce dernier a expliqué qu’il utilise l’ordinateur de son assistante et qu’ils essaient de désactiver le filtre, mais sans succès. Il ne s’est cependant pas laissé démonter et a proposé de continuer normalement l’audience en attendant que le problème de filtre ne soit enfin réglé.  

L’audience reste professionnelle

Roy Ferguson a partagé cet hilarant incident sur sa chaîne YouTube durant lequel il n’a pas tari d’éloge sur le professionnalisme de Rod Ponton, malgré la situation cocasse dans laquelle il s’est trouvé. Le juge a également félicité le fait que tout le monde a eut le bon sens de ne pas rire.

« Ces moments amusants sont un sous-produit du dévouement de la profession juridique à faire en sorte que le système de justice continue de fonctionner en ces temps difficiles », s’est-il également réjoui sur Twitter. « Toutes les personnes impliquées l’ont traité avec dignité et l’avocat filtré a fait preuve d’une grâce incroyable. Un vrai professionnalisme partout ! »

Mots-clés zoom