Le bain de bouche, une arme anti Covid-19 ?

Les bains de bouche sont fortement conseillés par les dentistes pour avoir une bonne hygiène buccale et obtenir une haleine fraîche. C’est un moyen idéal pour limiter l’apparition des plaques dentaires et soigner les gingivites, ainsi que pour réduire les saignements de gencives. Le Dr Richard Stanton, de l’université de Cardiff, a remarqué lors d’une étude clinique que le chlorure de cétypyridinium (CPC) pourrait réduire la quantité de virus dans la bouche des patients.

L’expérience a pour l’instant été menée en laboratoire, en reproduisant l’environnement buccal dans un tube à essai. Un récipient soumis à une température de 37 degrés Celsius, contenant de la mucine et de l’extrait de levure, imite les conditions qui règnent dans la bouche. Des souches de virus SRAS-CoV-2 cultivées in vitro sont ensuite introduites dans l’éprouvette.

Image by Mudassar Iqbal from Pixabay

Les résultats sont encourageants, mais les scientifiques doivent encore faire plus de tests, afin de déterminer la véritable efficacité du CPC in vivo.

Une solution pour rendre le virus inactif dans la bouche

Les bains de bouche contenant du CPC sont disponibles sans ordonnance, en pharmacie et même dans la grande distribution et sur internet. Ce type de solution est connu pour son efficacité à réduire les virus qui peuvent affecter la santé buccodentaire. Les scientifiques de l’université anglaise ont découvert que l’utilisation du liquide pour se rincer la bouche pourrait aider à endiguer la propagation de la pandémie.

Un spécialiste de la parodontologie, le docteur Nick Claydon, suppose que les bains de bouche seraient susceptibles de faire partie intégrante de la routine adoptée pour limiter la transmission du virus. La solution, contenant au moins 0.07 % de chlorure de cétypyridinium, serait capable de rendre le virus inactif.

Une étude en attente de validation

La recherche universitaire, même si c’est une étude clinique sérieuse, n’a pas encore été validée par la communauté scientifique. Les résultats doivent être reproduits par d’autres chercheurs pour être confirmés et acceptés, avant d’être publiés dans une revue.

Les effets du CPC sur des patients atteints du Covid -19 doivent également être observés, pour déterminer l’efficacité de la solution dans la réalité. On ne sait pas encore à quelle fréquence, et pendant combien de temps, il faut se rincer la bouche pour éliminer les virus dans la bouche.

Il ne faut pas non plus oublier de préciser que le coronavirus est également présent dans les poumons et les organes respiratoires. La maladie peut donc continuer à se transmettre quand le patient tousse.

La distanciation sociale et le lavage fréquent des mains restent encore les moyens les plus sûrs pour diminuer les risques de contamination.

Mots-clés Covid-19santé