Bannie d’Instagram à cause de photos trop sexy

Instagram et ses modérateurs auraient-ils une dent contre Elle Johnson ? Il semblerait que cela soit le cas. Pour la deuxième fois en l’espace de quelques mois, cette dernière a en effet été sanctionnée d’une suspension de compte à cause de ses photos, jugées un brin trop provocatrices. Toutefois, cette dernière ne l’entend pas de cette oreille.

Elle Johnson ne vous est peut-être pas totalement inconnue et c’est assez logique puisque cette dernière a initié récemment un mouvement sur les réseaux sociaux afin de protester contre la politique de la compagnie aérienne Spirit Airlines.

instagram

Crédits Pixabay

Si vous avez loupé l’histoire, alors il faut rappeler que cette dernière s’est retrouvée au cœur d’une violente polémique en début d’année.

Instagram a suspendu son compte sans explication

Une femme vivant dans le sud de la Floride a effectivement affirmé avoir été expulsée d’un vol de la compagnie en raison de sa tenue. Les agents de bord auraient en effet critiqué son décolleté et ils lui auraient notamment reproché de trop exposer sa poitrine.

Pour ne rien arranger, le témoignage de la femme a été corroboré par deux autres passagers présents à bord de l’avion au moment des faits.

L’affaire a évidemment fait scandale et elle s’est rapidement retrouvée en une de tous les médias anglosaxons. Face à la levée de boucliers suscitée par ces révélations, le porte-parole de l’entreprise avait été obligé de s’expliquer et il avait alors déclaré que la passagère avait été débarquée en raison de son comportement.

Toutefois, ces explications n’ont pas convaincu grand monde et de nombreuses personnes ont alors incité les consommateurs à boycotter la compagnie. Elle Johnson était de ceux-là et elle a même initié un véritable mouvement sur les réseaux sociaux à renfort de hashtags.

Le mouvement en question a été massivement suivi et cela n’a rien d’étonnant, car cette dernière a fédéré une communauté conséquente autour d’elle. Elle compte en effet près de 100 000 abonnés sur Twitter et un peu plus de 400 000 sur Instagram.

Or justement, la semaine dernière, en tentant de se connecter à son compte, cette dernière a eu la mauvaise surprise de tomber sur un message l’avertissant que son profil avait été suspendu suite au non-respect des conditions d’utilisation du service.

Très à l’aise dans sa peau, Elle Johnson a en effet l’habitude de partager des photos extrêmement sexy sur son compte. Bien qu’elles ne soient pas vulgaires, elles laissent tout de même entrevoir ses formes.

Les réseaux sociaux auraient-ils un peu trop de pouvoir ?

Bien sûr, Elle a l’habitude et elle a toujours pris soin de respecter à la lettre les conditions d’utilisation fixées par la plateforme. Des conditions stipulant entre autres choses que les utilisateurs n’ont pas le droit de publier des contenus sexuellement explicites, et plus précisément des contenus laissant apparaître des mamelons ou des sexes.

Notre amie a tenté de s’expliquer, en pure perte. Les modérateurs sont restés muets et ils n’ont pas donné suite à sa demande de réexamen. Pas tout de suite, en tout cas.

Face à la situation, la belle s’est donc tournée vers Twitter pour partager sa frustration avec sa communauté et elle n’a pas fait les choses à moitié puisqu’elle a lancé une nouvelle campagne comme elle en a le secret.

Elle a donc partagé plusieurs photos d’elle en maillot de bain ou en lingerie, des photos expliquant tout simplement que ce corps avait été banni par Instagram en raison de ses courbes généreuses. L’affaire a commencé à être massivement relayée par les internautes et beaucoup ont pris la défense du modèle en accusant la firme de faire preuve de censure.

Il faut croire que l’initiative s’est révélée payante puisque le compte de la belle a été réactivé quelques jours plus tard.

L’histoire se termine bien pour elle, donc, mais cette affaire laisse tout de même un goût amer dans la bouche. On peut en effet se demander s’il est légitime de laisser aux réseaux sociaux le pouvoir de définir ce qui est socialement acceptable et ce qui ne l’est pas. Après tout, ces plateformes sont toutes tenues par des groupes privés, des groupes libres d’appliquer les règles de leur choix.

C’est évidemment un problème, et encore plus compte tenu de leur portée. Instagram, par exemple, compte désormais 700 millions d’utilisateurs actifs et cela représente tout de même plus de dix fois la population de la France. Il a donc un réel impact sur notre société.

Mots-clés instagramnsfy