Bay View : le moonshot à énergie entièrement renouvelable de Google

Google a affiché ses aspirations sans carbone depuis des décennies. En 2005, la filiale d’Alphabet avait annoncé un projet qui consiste à rendre entièrement autonome l’un de ses campus. Le but est que celui-ci fonctionne à l’énergie « sans carbone 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ». Le complexe, connu sous le nom de Bay View, a ainsi connu une série de réajustements au cours des quinze dernières années. De plus, la pandémie de Covid-19 a gêné l’avancement des travaux. Mais aux dernières nouvelles, le patron de Google était fier de présenter à Bloomberg l’intérieur de ses nouveaux locaux.

Bay view : le campus de Google

 

Bay View Sundar Pichai, le PDG de Google, entend ainsi être à la tête de la future première méga entreprise exempte d’émissions carbone. Suivant le calendrier prévisionnel de la société, le campus devrait être finalisé en 2030. La superstructure est située à quelques kilomètres à l’est de son siège social à Mountain View, en Californie.

Pichai a qualifié l’initiative de décarbonisation de « moonshot ». Il s’agit d’un terme caractérisant généralement un projet futuriste et ambitieux, mais dont les fruits restent encore à venir. C’est le cas, par exemple, des voitures à conduite autonome et des drones de livraison.

Une peau solaire de dragon s’étalant sur la toiture du campus

Google envisage de remplacer l’énergie à base de carbone par une combinaison complexe de panneaux solaires et d’énergie géothermique. Concrètement, la toiture du campus totalisera 90 000 panneaux solaires installés à la manière dont des écailles d’un dragon sont disposées sur sa peau. Ce système serait capable de générer jusqu’à sept mégawatts d’électricité.

« Une fois achevés, ces bâtiments seront dotés d’une peau solaire à l’échelle d’un dragon, une première en son genre. »

Pichai

Le plus grand système de pieux géothermique d’Amérique du Nord

L’énergie solaire sera harmonisée avec celle générée au travers des pieux géothermiques enfoncés dans le sol. Ces structures serviraient à chauffer et refroidir le bâtiment dans une optique d’énergie verte. Pour ce faire, elles se chargeront de transférer la chaleur vers le haut, dans le bâtiment, ou de libérer de l’énergie dans le sol.

« Le campus disposera du plus grand système de pieux géothermiques d’Amérique du Nord, ce qui permettra de chauffer les bâtiments en hiver et de les refroidir en été. »

Pichai

À titre de rappel, le titan de la technologie a déjà beaucoup investi pour atteindre la neutralité carbone. La société y est parvenue en 2017, notamment par la compensation de sa consommation d’électricité d’origine fossile par des achats d’énergie renouvelable. Néanmoins, la firme de Mountain View semble désormais déterminée à aller plus loin avec pour objectif de fonctionner sur une base véritablement sans carbone.