Bénou, un astéroïde plus étrange que prévu

(101955) Bénou a été découvert en 1999 et il s’est rapidement retrouvé sur le devant de la scène en raison de ses dimensions. Immense, il s’étend en effet sur cinq cents mètres de diamètre. Pour ne rien arranger, il se classe également dans la famille des géocroiseurs Apollo et il coupe donc l’orbite de notre planète. Ce qui veut également dire qu’il représente un danger potentiel pour notre monde et notre espèce.

En septembre 2016, la NASA a lancé une sonde dans sa direction, une sonde baptisée OSIRIS-REx.

Simulateur astéroïdes

Crédits Pixabay

Cette dernière a principalement pour objectif de nous permettre d’étudier le corps et elle est également censée nous rapporter en 2023 un échantillon de sa surface, pour analyses.

(101955) Bénou, un astéroïde fascinant

OSIRIS-REx a atteint sa cible le 3 décembre 2018 et la sonde s’est ensuite placée dans l’orbite de l’astéroïde. Depuis, elle a transmis pas mal de données à la NASA et nous avons donc une vue d’ensemble de Bénou… et de ses étranges caractéristiques.

Car (101955) Bénou n’est pas un astéroïde ordinaire. En réalité, c’est même tout le contraire.

En étudiant les photos prises par OSIRIS-REx, la NASA a ainsi réalisé que la surface de l’astéroïde était loin – vraiment très loin – d’être totalement lisse. Elle se compose en effet d’un nombre invraisemblable de blocs et de pics rocheux, des blocs et des pics qui risquent d’ailleurs de compliquer la mission de la sonde. Cette dernière est en effet censée atteindre la surface du corps pour effectuer ses prélèvements.

Ce n’est cependant pas le plus surprenant. Dante Lauretta, le responsable de la mission OSIRIS-REx, a pris la parole la semaine dernière durant la conférence LPSC pour révéler l’existence de projections de matières inexpliquées sur la surface du corps.

Un corps étonnant à bien des égards

Personne n’a encore été en mesure d’expliquer ce phénomène, mais ces projections seraient assez courantes et les particules relâchées par l’astéroïde auraient en plus tendance à venir se placer dans son orbite.

D’après Lauretta, ce comportement serait assez proche de celui des comètes. Lorsque ces corps passent à proximité d’une étoile, il arrive fréquemment qu’ils émettent des jets de matières en raison de leur échauffement. Toutefois, (101955) Bénou n’est pas une comète et les chercheurs de la NASA n’ont pas encore réussi à comprendre ce qui provoque ce phénomène.

OSIRIS-REx embarque plusieurs instruments à son bord. L’un d’eux est un spectromètre fonctionnant dans le spectre visible et infrarouge.

Si l’on en croit cette étude, alors l’astéroïde serait bien une chondrite carbonée primitive, mais il serait aussi et surtout recouvert de minéraux hydratés contenant des hydroxyles. Soit des atomes d’oxygène et d’hydrogène attachés les uns aux autres.

Un autre regard sur les objets parcourant notre système

En conséquence, les chercheurs pensent que (101955) Bénou a été amené à interagir avec de l’eau à un moment de son existence. Il est même possible ou probable que le corps auquel il appartenait abritait lui-même de l’eau, mais cela n’a pas encore été prouvé.

Et si l’on ajoute à cela le fait que l’astéroïde tourne de plus en plus vite, alors on obtient un panel de caractéristiques étonnantes faisant de (101955) Bénou un corps un peu à part dans notre système. Un corps qui pourrait du coup nous en apprendre un peu plus sur l’espace et les nombreux objets parcourant notre système.

Mots-clés astéroïdeespace