Le berceau de l’humanité serait en Europe

Depuis longtemps, l’Afrique est considérée comme le berceau de l’humanité. Les découvertes de fossiles du XIXème siècle et du XXème siècle ont conduit la communauté scientifique à admettre cette théorie. Selon cette hypothèse dominante, le dernier ancêtre commun de l’homme avec les grands singes se trouvait sur le continent africain. Toutefois, une récente étude émet une toute autre hypothèse, une hypothèse qui devrait donner lieu à un véritable débat au sein de la communauté scientifique.

Le lundi 22 mai 2017, des chercheurs internationaux ont publié les résultats d’une étude réalisée par une équipe de scientifiques allemands, grecs, bulgares et canadiens.

Berceau Humanité

Elle soutient une nouvelle thèse pour le moins controversée. Après avoir examiné une dent et une mâchoire retrouvées en Europe orientale, les scientifiques ont en effet émis l’hypothèse que le vieux continent serait le véritable berceau de l’humanité.

L’Humanité ne serait pas née en Afrique

Ces fossiles ont été retrouvés à l’est du Bassin méditerranéen, en Bulgarie et en Grèce. Cette découverte pourrait bouleverser les connaissances paléontologiques admises jusqu’à présent. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Plos One.

Tout a commencé en 1944 lorsque l’armée allemande a lancé un grand chantier en Grèce afin de construire un bunker. Durant les travaux, des soldats ont découvert une mâchoire. Celle de l’étude.

La dent, pour sa part, a été retrouvée en Bulgarie. Depuis, cette espèce d’hominidé a été baptisée Graecopithèque freybergi par la communauté scientifique.

L’équipe formée des chercheurs de nationalités différentes a eu l’idée de réexaminer ces deux fossiles. Pour ce faire, elle a eu recours à la tomographie, une méthode relevant de la haute technologie. Concrètement, il s’agit d’un système d’imagerie permettant la reconstruction d’un objet en 3D à partir de fines couches en 2D.

Une nouvelle datation plus précise

L’examen passé au tomographe a révélé que les deux fossiles dataient de 7,2 millions d’années. Ainsi, elles seraient plus anciennes de deux-cent-mille ans par rapport à celles qui ont été retrouvées en Afrique.

Ces dernières sont les fossiles des hominidés appelés Toumaï ou Sahelanthropus tchadensis. Elles ont été retrouvées en Afrique sahélienne et dateraient de cinq à sept-millions d’années.

L’étude ne fait cependant pas l’unanimité dans la communauté scientifique et les conclusions faites par les chercheurs a ainsi été contredite par de nombreux spécialistes. Pour eux, le réexamen de deux fossiles ne suffirait en effet pas pour remettre en question des décennies d’études et d’observations.

Les scientifiques internationaux envisagent donc de revenir en Bulgarie pour recueillir d’autres indices. Chose qui ne sera pas possible en Grèce puisqu’une ville a été construite sur le site.