Besa Mafia, le faux site de tueurs à gages, lié à un vrai meurtre

Besa Mafia était peut-être une belle arnaque, mais le site est tout de même lié à un vrai meurtre. C’est en tout cas ce que révèle une enquête de longue haleine menée par le FBI.

Besa Mafia a ouvert ses portes au début de l’année dernière. Les administrateurs du site se présentaient comme étant de la mafia albanaise et ils proposaient aux internautes d’éliminer les personnes de leur choix en échange d’une somme comprise entre 5 000 et 30 000 dollars.

Besa Mafia

Besa Mafia est lié à un vrai meurtre.

Mieux, le site prétendait même être en mesure d’intervenir à travers les États-Unis, le Canada ou même l’Europe.

Besa Mafia, un site de tueurs à gages

Besa Mafia s’est rapidement retrouvé dans le collimateur des hackers et l’un d’entre eux a alors lancé une attaque contre le site. Avec succès. Il a en effet réussi à mettre la main sur la liste des “clients” du site et il a également découvert que ce dernier n’était en réalité qu’une vaste arnaque.

Stephen Allwine a une quarantaine d’années et il habite à Cottage Grove, dans le Minnesota. Il menait une vie bien tranquille, mais tout a changé lorsque sa femme a été tuée d’une balle de 9 mm en pleine tête à leur domicile l’année dernière.

Plusieurs mois avant la disparition de la femme, le FBI avait ouvert une enquête relative au hack de Besa Mafia. En fouinant dans les informations dérobées par le hacker, les agents ont réalisé qu’un homme avait cherché à embaucher un tuer à gage en février 2016 pour se débarrasser d’une certaine Amy Allwine. La femme de Stephen, donc.

Bien décidés à faire toute la lumière sur ce contrat, les enquêteurs ont accédé aux échanges entre le commanditaire du crime et les administrateurs du site. Ils ont alors découvert que le “contrat” avait été déposé par un internaute surnommé dogdaygod et que Besa Mafia lui avait demandé une somme de  6 000 $ pour faire disparaître la victime.

Mais ce n’est pas tout. En poursuivant leurs investigations, ils ont réalisé que ce fameux internaute connaissait très bien la vie de la femme. Il était en effet au courant de ses déplacements et il avait d’ailleurs demandé à ce qu’elle soit supprimée durant un voyage à Moline, dans l’Illinois.

Tout ne s’est cependant pas passé comme prévu. Besa Mafia a en effet expliqué à l’homme que le tueur à gages chargé de la mission avait été arrêté par les autorités et qu’ils avaient du coup besoin de 12 000 $ de plus pour boucler le contrat.

Une affaire révélée par un hacker

Le commanditaire a décliné l’offre. Intrigués par ses motivations, les agents du FBI chargés de l’enquête ont cherché des traces de ce dogdaygod sur le darknet et ils ont alors réalisé qu’il avait tenté d’acheter de la scopolamine sur une plateforme dédiée. Une substance connue pour effacer la mémoire de la victime et pour l’empêcher d’exercer son libre arbitre.

Face à tous ces éléments, le FBI a donc envoyé deux agents au domicile des Allwine pour les mettre au courant de l’affaire. Durant l’entretien, ils leur ont notamment conseillé de mettre en place un nouveau système d’alarme. Le couple a accepté.

L’affaire ne s’arrête pas là, cependant. Amy a très vite commencé à recevoir des menaces de mort par mail.

Quelques semaines plus tard, une personne s’est introduite dans le domicile du couple et a tiré une balle dans la tête de la femme. Le FBI a évidemment mené l’enquête et il a alors découvert que l’organisme de la victime contenait une forte dose de scopolamine. Intrigués, ils ont demandé un mandat afin de pouvoir fouiller le domicile des Allwine. Les agents ont alors découvert sur l’ordinateur de Stephen une adresse Bitcoin identique en tout point à celle fournie par le mystérieux dogdaygod à Besa Mafia.

Les soupçons des enquêteurs se sont donc rapidement dirigés vers l’époux. Après avoir effectué des prélèvements, les enquêteurs ont découvert des résidus de poudre sur la main droite de l’homme. Ils ont donc épluché ses comptes en banque et ils ont réalisé que ce dernier avait acheté quelques semaines plus tôt un 9 mm, soit l’arme utilisée pour tuer Amy.

L’enquête est toujours en cours à l’heure actuelle. Après avoir été entendu par les enquêteurs, Stephen a été relâché en échange d’une caution d’un demi-million de dollars. Il a cependant été arrêté de nouveau après avoir cherché à entrer en contact avec son fils et après l’avoir traqué à l’aide d’une montre GPS. Il n’avait en effet pas le droit de rentrer en contact avec lui.

La prochaine audience est programmée pour le mois de juin. Stephen encourt une peine maximale de 40 ans de prison.

Mots-clés darknetinsoliteweb