Bientôt des voitures électriques au prix des voitures thermiques ?

Les voitures électriques coûtent encore très cher aujourd’hui. Mais selon une étude, leurs prix devraient s’aligner avec ceux des modèles thermiques à partir de 2027.

Le secteur automobile doit passer à l’électrique pour moins polluer. Conscients de cette réalité, de nombreux constructeurs ont abordé la transition écologique en proposant des modèles électriques. Toutefois, ces véhicules restent très onéreux pour les consommateurs. Leurs prix dépassent facilement les 30 000 euros. Pour information, il faut compter dans les 35 000 euros pour une Nissan Leaf (2021). Il existe certes des modèles pour petit budget, mais leurs performances laissent parfois à désirer. Mettre 10 000 euros dans un véhicule électrique ayant une faible autonomie décourage facilement.

Photo d’Andrew Roberts – Unsplash.com

Les voitures électriques ont des coûts exorbitants à cause de la batterie. Dans un avenir plus ou moins proche, de nouvelles technologies de batterie pourraient changer la donne.

La baisse des coûts de production

Bloomberg New Energy Finance (BNEF) est un cabinet spécialisé dans l’analyse des marchés du carbone et des énergies renouvelables. Il a récemment mené une étude pour le compte de la Fédération européenne pour le transport et l’environnement (T&E) sur le coût des batteries. « Les berlines et les SUV électriques seront aussi peu coûteux à produire que les véhicules à essence à partir de 2026, et les petites voitures suivront en 2027 », affirme BNEF dans son rapport.

Le prix des batteries fait que les véhicules électriques sont 63 à 94 % plus chers que les modèles avec un moteur thermique. La chute du prix entraînerait alors une baisse des coûts de production. L’étude prévoit ainsi une réduction de 60 % du prix des batteries d’ici la fin de la décennie.

Toujours selon BNEF, la dévaluation du coût des batteries, les nouvelles architectures de véhicules et les lignes de production exclusives vont permettre d’ajuster le prix des voitures électriques à celui des modèles thermiques.

Une législation plus stricte contre le CO2

Le recours à de nouvelles technologies de batterie, seul, ne suffirait pas à réduire le coût des voitures électriques. Les législateurs devraient aussi introduire des mesures plus restrictives contre les émissions de CO2.

La règlementation à l’encontre des voitures thermiques nécessite un durcissement. Il faut ensuite apporter un soutien considérable aux infrastructures de recharge. La T&E appelle d’ailleurs l’Union européenne à fixer 2035 comme échéance pour interdire les véhicules thermiques sur le marché du neuf.