Bientôt deux nouvelles missions vers Vénus !

La NASA a fait cette nuit une annonce pour le moins étonnante. L’agence a en effet pris la décision d’envoyer deux nouvelles missions vers Vénus, une première en l’espace de trente ans. On fait le point.

Vénus occupe une place un peu particulière dans le système solaire. Elle est en effet la deuxième planète par ordre d’éloignement derrière Mercure, mais elle vient surtout se ranger dans la famille des mondes telluriques. Tout comme la Terre ou encore Mars, elle se compose donc de roche et de métal, avec plusieurs enveloppes concentriques.

Une photo de Vénus, une planète très mystérieuse
Crédits Pixabay – image recadrée

Une caractéristique qui la rend finalement assez proche de notre monde.

Vénus, une planète qui occupe une place spéciale

Une ressemblance renforcée par sa taille, très proche de celle de la Terre. Vénus est ainsi plus grande que Mercure ou même que Mars et ses dimensions lui ont souvent valu d’être désignée comme la soeur jumelle de notre monde.

Pourtant, en dépit de tous ces éléments, Vénus intéresse moins que la planète rouge. Un désamour qui s’explique principalement par les conditions régnant à la surface du monde. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la planète est en effet la plus chaude du système solaire avec une température moyenne de 462°C, soit une température plus élevée que celle de la Terre, de Mars, de Jupiter, mais aussi de Mercure.

Ce n’est cependant pas le seul problème. Vénus est aussi dotée d’un champ magnétique très faible et son atmosphère est beaucoup plus dense. Pire, cette dernière se compose à 96 % de dioxyde de carbone et la pression atmosphérique est 92 fois supérieure à celle de la Terre.

A lire aussi : Venez écouter le chant de Vénus

DAVINCI+ et VERITAS, deux nouvelles missions en direction de Vénus

Et c’est sans compter sur la couche d’acide sulfurique qui la recouvre et qui rend toute exploration extrêmement compliquée. Ce qui explique pourquoi les agences spatiales n’ont plus envoyé de mission sur place depuis pas loin de trois décennies.

Mais à présent, le temps du changement est venu. Cette nuit, la NASA a en effet annoncé l’envoi de deux missions en direction de Vénus, des missions qui s’appuieront chacune sur un robot : DAVINCI+ et VERITAS.

L’objectif, lui, est clairement affiché. Ces deux missions auront pour but d’aider les scientifiques à comprendre comment Vénus a pu devenir l’enfer qu’elle est devenue :

“Ces deux missions sœurs visent toutes deux à comprendre comment Vénus est devenue un monde semblable à un enfer capable de faire fondre le plomb à la surface. Ils offriront à l’ensemble de la communauté scientifique une chance d’enquêter sur une planète où nous ne sommes pas allés depuis plus de 30 ans.”

Bill Nelson, administrateur de la NASA

A lire aussi : Quand un cratère nous en apprend beaucoup sur Vénus

Deux missions du programme Discovery

VERITAS s’appuiera sur une sonde. Le lancement est prévu pour 2028 et la sonde aura la délicate mission d’orbiter autour de Vénus pour cartographier sa surface. Elle embarquera à son bord les toutes dernières technologies, et notamment un radar qui permettra aux ingénieurs de la NASA de créer une image en trois dimensions de la planète.

VERITAS embarquera également à son bord une autre caméra sensible aux longueurs d’onde, une caméra qui scrutera l’atmosphère de la planète pour tenter de détecter des signes de vapeur d’eau. L’idée était de déterminer si la planète abrite des volcans actifs.

DAVINCI+ sera la deuxième mission à décoller. Le lancement est prévu pour l’année 2029 et le vaisseau spatial survolera Vénus deux fois pour prendre des photos rapprochées de la surface de la planète. Lorsque ce sera fait, il lancera une sonde dans son atmosphère. Cette dernière mesurera alors les gaz et autres éléments la composant.

Ces deux missions ont pour point commun de faire partie du dernier cycle du programme Discovery de la NASA, un programme en charge de missions d’explorations planétaires moins coûteuses que celles des programmes plus traditionnels. Chaque mission tiendra donc dans une enveloppe de 500 millions de dollars.

Mots-clés NASAvénus