Bientôt, Huawei devra également se trouver de nouveaux fournisseurs d’écrans

Fin juillet, on a appris que Huawei est devenu le plus grand fabricant de smartphones au monde, en ravissant sa place à Samsung, porté par ses excellentes ventes en Chine continentale. Mais depuis que le constructeur chinois est devenu la cible des États-Unis, son avenir est menacé. Et c’est peu dire.

En effet, depuis son interdiction au pays de l’Oncle Sam, Huawei n’a plus été en mesure de bénéficier des services de Google, ce qui le handicape clairement. Il lui sera également impossible de travailler avec des sociétés américaines telles que Qualcomm et Broadcom, pour le fournir en puces. Et côté composants mémoristiques, Samsung et SK Hynix vont bientôt le lâcher.

Huawei devra aussi se trouver de nouveaux fournisseurs d’écrans

Comme si cela ne suffisait pas, Chosun Biz, un média sud-coréen, a récemment annoncé que LG et Samsung ne produiront plus d’écrans premium pour Huawei, à compter de ce 15 septembre. Ce qui ne présage rien de bon pour le géant chinois.

Une autre mauvaise nouvelle le constructeur chinois

Bien sûr, on aura compris que les « écrans premium » dont on parle font référence aux écrans OLED dont disposent les meilleurs smartphones de Huawei. Parmi ces derniers, nous pouvons énumérer les appareils de la gamme P40, dont les écrans OLED ont été mis au point par Samsung.

Comme LG et Samsung sont les principaux fournisseurs de Huawei pour les écrans de ses smartphones, leur absence ne pourra que lui être préjudiciable. La firme devra alors se tourner vers divers autres constructeurs d’écrans chinois, tels que BOE, CSOT, Tianma ou Visionox entre autres, pour tenter de combler l’immense vide laissé.

Pour autant, même réunies, ces entreprises ne produiront jamais autant d’écrans que LG et Samsung, qui sont les plus grands fabricants au monde. De plus, côté qualité, il y aura certainement  beaucoup de différences.

Tous ces soucis ne font pas l’affaire de Huawei

Toujours selon Chosun Biz, via Mashable, Huawei aurait aussi du mal à se procurer des puces d’affichage et des contrôleurs tactiles. Et pour couronner le tout, comme on vous le rapportait dernièrement, Samsung et SK Hynix ne fabriqueront bientôt plus de puces mémoires pour Huawei.

A la lumière de tous ces événements, il est clair qu’assembler des smartphones sera désormais nettement plus compliqué pour Huawei. Il n’est guère étonnant que l’entreprise chinoise ait d’ores et déjà annoncé une baisse de production de 78 % pour l’année prochaine.

Mots-clés huaweilgsamsung