Bientôt, les robots de l’armée américaine seront aussi dotés de muscles

Aujourd’hui, les robots sont encore loin de ressembler à ceux que nous pouvons voir dans les films de science-fiction. Les robots actuels ont en effet une apparence vraiment banale et disposent de capacités motrices assez limitées. Mais l’ARL (Army Research Laboratory) veut faire passer le domaine de la robotique à un niveau supérieur.

En effet, l’armée américaine compte concevoir un robot révolutionnaire, qui sera doté de muscles biologiques. Pour ce projet, les savants de l’ARL travaillent déjà en étroite collaboration avec des chercheurs de la Duke University (États-Unis) et de l’University of North Carolina (États-Unis).

Crédits Pixabay

Selon Dean Culver de l’ARL, la technologie dont cette machine disposera lui offrira tous les points forts d’un être biologique, sans ses faiblesses. Il faut dire que ce ne sera pas une mince affaire. Toutefois, Culver et ses compères sont déterminés à y arriver.

Des muscles qui avantageront incontestablement les robots

Certes, malgré leur apparence grotesque, les robots d’aujourd’hui sont assez performants, mais ils ont tout de même de grosses lacunes. Par exemple, les robots quadrupèdes actuels peuvent bien se déplacer sur une surface en gravier, mais ne pourront pas s’adapter à un changement de terrain. Pourtant, les robots de l’armée américaine seront forcément confrontés à des situations de ce genre.

Pour y pallier, l’ARL a donc pensé à leur fabriquer des muscles. Grâce à des signaux électriques ou à des réactions chimiques, ces derniers pourront « s’activer » et faire office de ressort, en s’étendant ou en se rétractant, selon les besoins. Ainsi, ces machines biohybrides (c’est comme cela que les chercheurs les appellent) disposeront d’un incroyable équilibre.

En outre, des muscles fourniront bien d’autres avantages aux robots. En effet, avec un système d’alimentation basé sur une batterie et un moteur, l’autonomie reste limitée. Mais avec des muscles, l’apport en énergie se fera chimiquement, les soucis d’autonomie seront de l’histoire ancienne aux dires des chercheurs.

Quoi qu’il en soit, ce projet musclé sera vraiment dur à concrétiser

Que ce soit pour l’alimentation ou le contrôle des muscles d’un robot biohybride, les chercheurs ne savent pas encore comment ils vont s’y prendre. Toutefois, ces derniers travaillent déjà dessus, tout en cherchant des partenariats universitaires afin que les choses avancent rapidement.

Selon Culver, à terme, ce projet ne pourra que révolutionner le secteur de la robotique. À titre d’information, l’ARL est également sur le point de créer des drones disposant d’ailes capables de battre comme celles des oiseaux.

Mots-clés robotique