Bientôt un bot pour parler avec ses proches disparus ?

Pour la majorité d’entre nous, la mort est un évènement fatal, dramatique et irréversible qui nous privera à tout jamais d’un être cher, de sa voix, de ses connaissances et de ses souvenirs. Pourtant, une entreprise américaine vient de dévoiler qu’elle pourrait briser une de ces barrières insurmontables entre les vivants et les morts. En effet, cette société se propose de concevoir un bot qui permet aux morts de continuer à communiquer avec les vivants.

L’entreprise Here After, ou Ici après en français, compte effectivement dévoiler un appareil de type Alexa, l’assistant personnel virtuel mis au point par Amazon, qui aura la capacité de converser avec les êtres humains. En fait, ce procédé particulier consiste à sauvegarder des enregistrements vocaux réalisés par des clients avant leur mort puis de créer des « bots mortels » accessibles via un téléphone ou des haut-parleurs intelligents.

Crédits Pixabay

En cas de décès, ces bots pourront retransmettre la voix de la défunte mère et ses souvenirs préenregistrés.

Un souvenir post-mortem d’une valeur inestimable

James Vlahos, cofondateur de Here After et journaliste basé en Californie du Nord, a confié au Times que l’entreprise utilise « le pouvoir de l’intelligence artificielle conversationnelle pour pouvoir saisir une histoire, une réminiscence, une blague, une chanson ». Il raconte, par exemple, comment il a effectué des dizaines d’heures d’enregistrements vocaux de son père en train de parler de sa vie alors qu’il mourait d’un cancer.

Par conséquent, l’ensemble de ces enregistrements ont créé un gigantesque fichier audio qui ne périt que quand personne ne l’écoute plus. Après publication de l’article, Vlahos a été contacté par plusieurs personnes qui lui ont demandé de concevoir cette même technologie pour leurs familles.

Les discussions s’axeront sur l’amour, la mort et la finance

Grâce à cette technologie, même un enfant dont la mère est décédée pourrait demander : « Maman, parle-moi de ton mariage » et le gadget se mettra à transmettre la voix et les souvenirs préenregistrés de la défunte mère. Comme plusieurs centaines de personnes ont déjà rejoint la liste d’attente pour obtenir la technologie, les fondateurs de Here After ont déjà commencé à les interroger sur leur vie. Les discussions sont ensuite éditées, classées et divisées en trois catégories qui sont l’amour, la mort et la finance.

Pour certaines personnes, comme Ramesh Khanna, utiliser ce procédé lui permettrait de préserver ses souvenirs pour son petit-fils de deux ans qui vit au Mexique. Selon lui, c’est fantastique si son petit-fils peut bénéficier de son expérience en utilisant sa voix et que cela aura certainement une signification particulière.