Bientôt un implant pour se protéger du HIV

Un petit implant pour se protéger contre le VIH est en cours d’essai. Il délivre progressivement des médicaments préventifs et empêche le virus de pénétrer dans l’organisme.  Ainsi, les personnes à risque peuvent prendre quotidiennement de la prophylaxie pré-exposition (PrEP).

Ce médicament a récemment été élaboré par Merck, un laboratoire biopharmaceutique américain.

Hôpital

Crédits Pixabay

L’implant a la taille d’une allumette, et s’installe juste sous la peau, dans la partie supérieure du bras. Il permet de se protéger pendant un an. La première phase de test a été effectuée sur un échantillon de douze personnes saines et n’a duré que douze semaines. La société a affirmé que « l’implant était bien toléré et efficace ».

Le dispositif a été présenté lors de la dixième conférence internationale sur le sida (IAS 2019) qui s’est tenue à Mexico du 21 au 24 juillet. Il suscite énormément d’espoir au sein de la communauté scientifique.

Une solution prometteuse

L’outil se présente sous la forme d’un bâtonnet. Il contient une molécule appelée MK-8591. Cette dernière fait partie d’une famille d’antirétroviraux capable d’inhiber l’activité de l’enzyme responsable du clonage du virus dans de nouvelles cellules.

« C’est un choix offert à ceux qui pourraient, dans l’avenir, être obligés de se tourner vers les pilules et les injections. C’est également une solution prometteuse pour ceux qui pourraient avoir des difficultés à adopter un régime quotidien de PrEP », a expliqué Anton Pozniak, le président de l’International AIDS Society.

Dix fois plus puissant que les autres médicaments antiVIH

La plupart des autorités sanitaires mondiales se sont accordées sur le caractère indispensable de la PrEP. Il a été établi qu’il protège quasi totalement contre une contamination par le VIH.

« Il serait dix fois plus puissant que les autres médicaments antiVIH », a souligné Roy D. Baynes, le médecin en chef du laboratoire Merck.

Tout comme les implants contraceptifs, celui-ci diffuse quotidiennement et progressivement le traitement préventif dans le corps pendant une période limitée. « L’administration d’une toute petite quantité réduit le risque d’effets secondaires dans le corps. Contrairement à d’autres, le MK-8591 est absorbé par les tissus génitaux et anaux, point de départ de la plupart des infections », a expliqué l’expert.

Malgré les résultats prometteurs, quelques hématomes, des cas de rougeur, de démangeaisons, ou encore de douleurs ont été rapportés. À l’heure actuelle, les scientifiques travaillent dans la réduction de ces effets secondaires.

Mots-clés médecinesanté