Bientôt un médicament capable de favoriser la perte de poids ?

Des chercheurs ont mis au point un traitement expérimental qui favoriserait de manière significative la perte de poids. Une avancée encourageante dans le traitement de l’obésité.

L’obésité est la conséquence du manque de dépense d’énergie d’un corps face à un apport énergétique plus important. Cette maladie chronique – qui a explosé au cours des décennies – n’est pas seulement difficile à endurer pour les personnes qui en sont victimes. Elle est aussi complexe à comprendre pour les scientifiques et difficile à traiter. Au-delà de l’engagement à changer durablement le mode de vie pour une alimentation saine et la pratique régulière d’une activité sportive, il n’y a en réalité que deux options qui offrent rapidement des résultats : la chirurgie bariatrique et le recours aux médicaments favorisant la perte de poids. La première est invasive et comporte divers risques et complications, mais la deuxième option n’est pas non plus sans conséquence. Elle possède des effets indésirables.

Crédits Pixabay

Une équipe de chercheurs a ainsi exploré en profondeur l’utilisation de médicaments pour lutter contre l’obésité dans une étude expérimentale. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que celle-ci ouvre des perspectives prometteuses.

La piste du sémaglutide

L’étude s’est portée sur près de 2000 personnes adultes obèses dans 16 pays différents. Parmi les participants, certains ont bénéficié d’une dose hebdomadaire de sémaglutide, un médicament utilisé dans le traitement du diabète de type 2. Un groupe témoin a ensuite pris un placebo. À noter que tous les sujets ont suivi un atelier pour un mode de vie favorisant la perte de poids.

Au terme de l’essai clinique de 68 semaines, aucun changement notable n’a été observé au sein du groupe témoin. En revanche, ceux qui ont reçu la dose hebdomadaire de sémaglutide ont présenté des changements significatifs.

Les résultats révèlent une perte de poids de 14,9 % en moyenne. Plus de 30 % de la population d’étude ont perdu plus de 20 % de masse corporelle. Cela fait du sémaglutide un médicament deux fois plus efficace que les autres produits amincissants existants. Aux chercheurs de préciser que l’efficacité se rapproche de celle des interventions chirurgicales.

Des effets à long terme qu’il faut déterminer

L’administration du sémaglutide a été faite par injection. Malheureusement, aucune donnée ne renseigne sur la condition physique des participants après l’arrêt du traitement dans le cadre de cette étude menée par des scientifiques de l’UCL (University College London) et financée par l’entreprise pharmaceutique danoise Novo Nordisk. Le New York Times a néanmoins publié le témoignage d’une personne qui raconte une hausse de son poids après l’expérimentation, affirme Science Alert.

Quoi qu’il en soit, si une analyse plus approfondie du médicament s’avère positive, la communauté scientifique disposerait d’une nouvelle alternative pharmaceutique pour lutter contre l’excès de graisse dans l’organisme.

Mots-clés médecine