Bientôt un petit satellite pour traquer les objets interstellaires ?

Les objets interstellaires qui visitent notre Système solaire préoccupent les scientifiques. Un minuscule satellite solaire pourrait être construit afin de les traquer.

‘Oumuamua est le premier objet céleste identifié à provenir hors du Système solaire. Il présente une forme allongée évoquant une planche de surf. Ce corps interstellaire a été repéré pour la première fois en octobre 2017 alors qu’il se déplaçait à une vitesse de 156 428 km par heure. On doit sa découverte au l’observatoire du Haleakalā à Hawaï. Son nom vient du terme hawaïen signifiant éclaireur ou messager. Les chercheurs ne savent presque rien de cet objet interstellaire. Certains sont même convaincus qu’il s’agit d’une sonde extraterrestre venue étudier notre planète. La proximité de sa trajectoire avec la Terre nourrit cette théorie.

Un satellite autour d'un astéroïde
Crédits Pixabay

Une technologie inédite est nécessaire pour se donner les moyens d’étudier les objets interstellaires comme ‘Oumuamua. Une nouvelle étude parue dans le journal de prépublications scientifiques arXiv  soutient l’utilité d’un petit satellite équipé de voiles solaires pour l’observation de ces objets mystérieux.

A lire aussi : Les méga-constellations de satellites, un danger pour la couche d’ozone ?

Une solution rapide à mettre en œuvre

Les notes de recherche décrivent un satellite cubique avec une série de voiles solaires lumineuses. Elles soulignent que les deux technologies sont déjà utilisées pour l’exploration spatiale. « Les travaux technologiques actuels suggèrent qu’une telle mission pourrait voler et atteindre un objet interstellaire se déplaçant à travers le Système solaire au cours de cette décennie », expliquent les auteurs de l’étude dans leur papier. Mars Cube One, lancé en mars 2018, est l’un des premiers satellites interplanétaires à taille réduite. Des missions pour tester des voiles solaires ont eu lieu en 2013, de la Terre à Vénus, puis cette année, en orbite terrestre.

Une telle mission permettrait effectivement de réaliser une palette de mesures. Le traqueur pourrait appliquer des procédés d’imagerie et de spectroscopie. La proximité avec un objet céleste indépendant permettrait également d’effectuer des mesures de taille et de masse. Les chercheurs disposeraient ensuite d’une base de données pour tenter de déterminer la composition et l’origine des corps interstellaires.

A lire aussi : OneWeb a mis en orbite 36 nouveaux satellites (et c’est une bonne nouvelle)

Aussi pour la défense planétaire

Le papier paru dans arXiv promeut cette alternative pour sa facilité de mise en œuvre. Un satellite à taille réduite prend effectivement moins de temps à construire qu’un modèle conventionnel. Le traqueur d’objets interstellaires pourrait être envoyé dans l’espace en orbite à proximité du Soleil. Une fois la trajectoire de sa cible déterminée, l’appareil peut aller au contact.

De tels satellites permettraient non seulement aux astronomes de mieux étudier les objets interstellaires, mais ils pourraient également être utilisés pour la défense spatiale planétaire. Les notes de recherche ne donnent pas de précisions sur ce point. Au lieu de cela, elles évoquent d’autres avantages.

Le recours à un satellite à voile solaire pourrait, par exemple, aider à étudier la formation des planètes et à mieux comprendre notre système solaire.

Mots-clés astronomie