Bientôt un vaccin oral contre la Covid-19 ?

La Covid-19 pourrait bientôt faire face à un nouveau vaccin. Un vaccin qui ne serait cette fois pas délivré sous la forme d’une injection, mais plutôt par voie orale. On fait le point.

Il existe actuellement plusieurs vaccins permettant de se prémunir de la maladie provoquée par le virus SARS-CoV-2, ou tout du moins de ses symptômes les plus graves. En France, par exemple, nous avons choisi de nous focaliser sur quatre vaccins.

Une femme tirant la langue
Image par 1045373 de Pixabay

Les plus populaires, et les plus administrés, sont ceux de Pfizer/BioNtech et de Moderna, aussi connus sous les noms de Comirnaty et Spikevax. Ensuite, nous avons aussi les vaccins d’AstraZeneca et de Janssen.

A lire aussi : Quand la Covid-19 permet de faire une découverte sur la psychologie des individus

Les injections remplacées par une bande orale ?

Si ces vaccins fonctionnent de manière différente, ils ont tous une chose en commun : leur mode d’administration. Il repose en effet sur une injection effectuée au niveau du bras des patients.

Rapid Dose Therapeutics, une entreprise de biotechnologie basée en Ontario, souhaite cependant diversifier notre arsenal vaccinal.

Cette société, avec l’aide des chercheurs de l’Université McMaster, travaille en effet sur un nouveau mode d’administration : la bandelette.

Concrètement, donc, l’idée serait de remplacer l’injection par une bandelette orale capable de se dissoudre dans la bouche du patient, une bandelette infusée avec un vaccin contre la Covid-19 et qui pourrait se dissoudre en seulement 11 secondes.

A lire aussi : Covid-19 : 5 choses à savoir sur le variant Delta

Une méthode d’administration qui pourrait tout changer

D’après les explications données par Mark Upsdell, le PDG de l’entreprise, la dose de vaccin pourrait traverser la barrière hémato encéphalique à mesure que la bandelette se dissout. Ce qui lui permettrait ainsi d’atteindre la circulation sanguine.

Le produit en est cependant à ses premiers stades de développement. Jusqu’à présent, l’entreprise n’a pas mené de tests chez des individus humains, uniquement sur des animaux. Les tests ont cependant été concluants et la société a ainsi pu délivrer des protéines par voix buccale ou sublinguale par ce biais. Ce qui lui a du même coup permis de déclencher une réponse immunitaire.

S’il reste encore beaucoup à faire avant de pouvoir homologuer cette méthode d’administration, elle pourrait changer beaucoup de choses à l’avenir ; ces bandelettes n’ont en effet pas besoin d’être réfrigérées et elles restent stables à 40 °C. Elles seraient donc plus faciles à déployer, notamment dans les pays difficiles d’accès.

Il faut en effet rappeler que tout le monde n’a pas encore accès aux vaccins anti-Covid et il reste ainsi de nombreux pays oubliés. Notamment dans les régions les plus chaudes.

Mots-clés Covid-19