Bientôt un vaccin universel contre les coronavirus ?

Un groupe de chercheurs vient de mettre au point un vaccin dit « pan-coronavirus » afin de se prémunir contre d’une autre éventuelle pandémie. Ce vaccin universel a été conçu pour neutraliser les différentes souches connues du coronavirus, à la fois celles des humains et celles des chauves-souris. Son efficacité a été prouvée chez des singes de laboratoire.

Le fait est que le SRAS-CoV-2 n’est pas le premier coronavirus à passer de l’animal à l’homme.

Crédits Pixabay

Le SRAS-CoV-1, qui a provoqué une épidémie en 2003, et le SRAS-CoV-2 disposent de la même protéine en point appelée « spike ». Celle-ci leur permet de s’accrocher au récepteur ACE2 des cellules humaines et de les infecter. Comme la plupart des vaccins, le vaccin universel cible ainsi la protéine spike, et spécifiquement le domaine Récepteur-Grippant (RBD).

Ce nouveau vaccin semble toutefois faire bien plus que les autres, car il a déjà désarmé plusieurs souches de coronavirus. En tout cas, il a stoppé toutes les infections par le SRAS-CoV-2 chez les singes.

Une importante production d’anticorps neutralisants

Rappelons que le SRAS-CoV-1 et le SRAS-CoV-2 ne sont  pas les seuls à utiliser cette méthode d’invasion. D’autres coronavirus utilisent aussi l’ACE2 pour infecter les civettes, les chauves-souris et les pangolins.

La nouvelle substance semble justement stimuler la réponse immunitaire nécessaire pour neutraliser le type d’agent pathogène. Basé sur l’anticorps d’une personne infectée par le SRAS-CoV-1, ce potentiel vaccin universel semble produire plus d’anticorps neutralisants que les autres vaccins.

Lors de l’expérimentation sur cinq signes, quatre d’entre eux ne présentaient plus aucune trace du virus après injection du vaccin. Le cinquième n’avait plus qu’un faible taux de virus dans le corps, qui ne pouvait d’ailleurs être détecté qu’avec des moyens spécifiques.

À titre de précision, les vaccins mis au point par Moderna et Pfizer suscitent également des anticorps qui réagissent contre plusieurs coronavirus, mais à plus faible dose.

Le prochain essai sera sur l’homme

Les chercheurs ont averti que la prochaine pandémie qui sévira l’humanité pourrait fort probablement provenir d’un nouveau coronavirus.

« Au cours des dernières décennies, environ tous les huit ans, un coronavirus provoque une épidémie. C’est pourquoi nous vérifions si le vaccin est efficace contre les coronavirus des chauves-souris et ceux des humains. »

Kevin Saunders, directeur de recherche au Duke Human Vaccine Institute, en Caroline du Nord et auteur principal de l’étude

Bientôt, ils procèderont à un essai clinique pour tester l’innocuité de leur vaccin chez l’homme.

« Bien que ces expériences aient été menées sur des primates, il faut toujours faire une mise en garde. Néanmoins, il s’agit d’une preuve de concept extrêmement importante que nous devons poursuivre avec détermination lors des essais sur l’homme. »

Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses

Mots-clés Covid-19