Bientôt une taxe WhatsApp en Espagne ?

En Espagne, WhatsApp va bientôt devoir mettre la main au portefeuille. L’application de Facebook sera en effet soumise à une taxe sur le revenu, à l’instar d’autres services de messagerie comme Telegram ou encore Messenger.

Le gouvernement espagnol a pris cette décision pour que WhatsApp soit traité au même titre que les opérateurs de télécommunications qui exercent leurs activités sur place, comme Vodafone, Telefonica ou encore Orange. Cette loi entre dans le cadre du projet Spain Digital 2020-2025 et devrait être soumise au Parlement au cours de l’été 2021.

Crédits Pixabay

D’après le secrétaire d’État à la communication Robert Sanchez, ces services de messagerie « commenceront à être taxés si leurs activités génèrent plus d’un million d’euros et dans ce cas, devront payer un euro pour chaque mille euros engrangé. »

Les opérateurs de télécommunications poussent un coup de gueule

En Espagne, les opérateurs de télécommunications se sentent lésés par les applications de messagerie instantanée. Estimant qu’ils proposent les mêmes services, ces derniers exigent qu’ils soient traités de la même manière.

Cela sous-entend un encadrement plus strict et le paiement de taxes.

« On ne peut pas jouer au football si l’un attaque par en haut et l’autre par en bas. Nous sommes en concurrence avec des gens dont l’activité n’est pas régulée. Je ne demande pas qu’on les régule, mais si eux ne sont pas régulés, alors qu’on me dérégule moi aussi ! Parce qu’il est impossible d’être en compétition si les conditions ne sont pas les mêmes pour tout le monde », déclaré José Maria Alvarez-Pallete, le président de Telefonica.

À lire aussi : 6 failles révélées par WhatsApp

L’Espagne marche sur les traces du Liban et de l’Ouganda

L’Espagne n’est pas le premier pays à vouloir instaurer une taxe WhatsApp. En 2018, l’Ouganda a ouvert la voie en imposant une taxe de 17 € aux utilisateurs de l’application. Il est à noter que les raisons avancées ne sont pas les mêmes. L’Ouganda avait annoncé cette taxe pour empêcher la propagation de fausses rumeurs.

En 2019, le gouvernement libanais a également fait part de son intention de mettre en place une taxe WhatsApp. Les appels effectués via l’application devaient être facturés à 18 centimes d’euros à partir de janvier 2020. Cette annonce avait entraîné de vives manifestations au Liban.

L’ONG SMEX avait alors déclaré que cette mesure allait obliger les utilisateurs de l’application à « payer deux fois pour les services internet », sachant qu’au Liban « le prix de la téléphonie mobile est parmi les plus élevés de la région. »

À lire aussi : 6 choses à faire pour éviter de se faire pirater sur WhatsApp

Mots-clés whatsapp