Big Tech : L’audience auprès du Sénat américain vire au règlement de comptes

Actuellement, les législateurs américains se penchent sur les moyens de tenir les géants de la technologie plus responsables de ce qui se passe sur leur plateforme numérique. En effet, à l’heure actuelle, l’article 230 de la loi sur la décence des communications protège ces entreprises du contenu publié par les utilisateurs de leur plateforme et leur permet également de façonner le discours politique, selon Reuters.

Les législateurs examinent ainsi s’il est plus judicieux de conserver cet article de loi ou s’il faudrait, au contraire, l’abroger. Dans ce dernier cas, les responsables des entreprises numériques ont toutefois objecté que cela pourrait nuire à la liberté d’expression en ligne des utilisateurs du fait que leur plateforme serait obligée de censurer plus de contenus pour se protéger de tout acte répréhensible.

Crédits Pixabay

Pour faire la lumière dans cette situation confuse, les législateurs américains ont convoqué les dirigeants de trois entreprises concernées par cette situation, qui sont Facebook, Twitter et Google.

L’article 230 au cœur du débat

D’une manière générale, les législateurs américains se sont divisés en deux clans lors de l’audience. D’un côté, on trouvait les républicains qui reprochaient aux entreprises numériques de censurer les conservateurs sur leur plateforme. D’un autre côté, les démocrates ont souligné le fait que les entreprises technologiques ne prennent pas assez de mesures pour lutter contre la désinformation à la veille des élections.

Jack Dorsey et Mark Zuckerberg ont quant à eux insisté sur le fait que l’article 230 leur était crucial pour maintenir un certain équilibre sur Internet entre préserver la liberté d’expression des utilisateurs et la modération du contenu. Ils ont également déclaré que bien qu’ils soient ouverts à des suggestions d’amélioration de leurs plateformes, ils préfèreraient que l’article 230 reste tel quel.

Plus de censures à venir ?

Par ailleurs, les républicains se sont particulièrement attardés à critiquer le PDG de Twitter, Jack Dorsey, en marge des récents événements dans lesquels Twitter avait bloqué les articles du New York Post concernant le fils de Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle.

Le sénateur Ted Cruz a été particulièrement expressif car il avait tonné contre Jack Dorsey, « qui diable vous a élu et vous a confié la responsabilité de ce que les médias sont autorisés à rapporter et de ce que le peuple américain est autorisé à entendre ? ».

En tout cas, Jack Dorsey a maintenu que l’abrogation de l’article 230 nuirait considérablement au discours en ligne. Sundar Pichai a déclaré que Google était neutre et Mark Zuckerberg a averti que le changement de cette loi aurait pour effet de conduire les plateformes numériques à exercer davantage de censures pour éviter tout problème juridique.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test de l’Apple Watch Series 6

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !