Bill Nelson (NASA) qualifie le test antisatellite russe d’irresponsable

Lundi matin, c’était le branle-bas de combat chez les astronautes et autres cosmonautes sur l’ISS. En cause, un test antisatellite mené par les Russes a produit un champ de débris. Et il se trouve que la trajectoire de l’ISS traverse justement ce champ de débris. Une situation qui, comme vous le devinez bien, a suscité beaucoup de réactions.

Justement, Bill Nelson, l’actuel administrateur de la NASA, s’est dit “indigné par cette action irresponsable et déstabilisante”. Ce dernier de rajouter : “(…) je n’arrive pas à croire que la Russie mette en danger non seulement les astronautes partenaires américains et internationaux sur l’ISS, mais aussi leurs propres cosmonautes.”

une vue 3D d'un astronaute hors de l'ISS
Image de goinyk par i23RF.COM

Pour rappel, ce test antisatellite a produit plus de 1500 débris spatiaux détectables, sans compter des centaines de milliers de petits débris. Tous ces débris sont maintenant en orbite basse autour de la Terre, dans un espace déjà fortement très pollué.

10 astronautes, cosmonautes et taïkonautes étaient en danger de mort

Après Ned Price, le porte-parole du Département d’État américain, c’est donc l’administrateur de la NASA qui est monté au créneau. Et ce dernier n’a pas mâché ses mots dans un communiqué partagé dans la journée de lundi. Pour cause, il faut dire que l’événement était digne du scénario catastrophe d’un film hollywoodien.

Pour Bill Nelson, lui-même un ancien astronaute, au vu de “la longue histoire de la Russie pour les vols spatiaux habités”, mettre ainsi la vie d’astronautes, mais aussi de leurs propres cosmonautes en danger est juste “irresponsable et déstabilisant.” En effet, le test de destruction de satellite par ascension directe a généré tout un champ de débris spatiaux, pile dans la trajectoire de l’ISS. Mais pas que.

En effet, outre les 7 personnes présentes sur l’ISS (3 astronautes de la NASA, 1 astronaute de l’ESA, 1 astronaute de la JAXA et 2 cosmonautes russes), les 3 membres d’équipage de la station spatiale chinoise Tiangong étaient également menacés. Et tout ce petit monde a dû faire face aux plus longues heures de leur vie, prêt à revenir sur Terre si la situation le demandait. D’ailleurs, à l’avenir, la situation sera pour le moins délicate là-haut.

Il faut en effet savoir que les débris engendrés par l’explosion du présumé satellite “Cosmos 1408” constituent à présent un danger. Non seulement pour l’ISS et Tiangong, mais aussi pour tous les satellites actuellement en orbite terrestre basse, et toutes les prochaines missions spatiales à venir.