Billy Milligan ou l’histoire de l’homme aux 23 personnalités

William Stanley Milligan (14 février 1955 – 12 décembre 2014), est la première personne dans l’histoire des États-Unis d’Amérique qu’un tribunal a jugé innocent de crimes graves en raison de troubles mentaux de l’accusé qui auraient provoqué une démultiplication de la personnalité.

En effet, Billy Milligan a été diagnostiqué comme réunissant jusqu’à 24 personnalités différentes en une même personne.

Milligan

Un cas unique de trouble dissociatif de l’identité

Né en 1955, William Stanley Milligan a inscrit son nom dans tous les manuels de psychiatrie. Le trouble dissociatif de l’identité (TDI ; ou trouble de la personnalité multiple) suppose qu’une personne est divisée en deux personnes au sein d’un même corps et ne peut parvenir à se mettre d’accord avec elle-même. Dans une certaine mesure, chaque personne souffre de ce trouble, mais les cas les plus extrêmes, bien sûr, sont ceux qui posent des problèmes psychiatriques complexes.

Billy Milligan ne se situe même pas dans ces cas extrêmes. À l’intérieur de lui-même, il rassemblait 24 personnes totalement distinctes les unes des autres.

Sur les 24 personnalités de Billy Milligan, 10 étaient basiques, et les autres étaient sévèrement réprimées pour comportement immoral. Les scientifiques ont eu le grand honneur de faire connaissance avec les 24 habitants du pays “Billy Milligan”.

Le trouble de la personnalité de Billy Milligan est apparu à l’âge de 3-4 ans (il y avait le garçon anonyme avec lequel il jouait, et Kristin, qui se souciait de sa jeune sœur). Le nombre de personnalités a augmenté à l’âge de 8-9 ans. A la base on pense qu’il y avait 10 personnalités (leur description est donnée à partir de 1977-1978, pendant le traitement de Billy Milligan). Ce sont elles qui étaient connues des psychiatres, des avocats, de la police et de la presse pendant le procès.

Un criminel aux multiples visages

En 1975, Milligan a été incarcéré dans un centre correctionnel de l’Ohio destiné aux violeurs et aux voleurs à main armée. Il a été libéré sous condition au début de 1977. En octobre 1977, Milligan a été de nouveau arrêté pour avoir violé trois femmes sur le campus de l’Ohio State University. Il a été identifié par une de ses victimes et grâce aux empreintes laissées sur la voiture d’une autre victime.

Comme Milligan avait utilisé une arme trouvée lors de la perquisition de sa résidence, il a été privé de liberté conditionnelle. Il a été reconnu coupable de «… trois chefs d’accusation d’enlèvement, trois chefs d’accusation de vol et quatre chefs d’accusation de violence».

Pendant la préparation de sa défense, Billy a subi un examen psychologique effectué par le Dr Willis K. Driscoll, qui a diagnostiqué son état comme une schizophrénie aiguë. Il a ensuite fait l’objet de recherche par la psychologue Dorothy Turner du Southwestern Center for Community Mental Health à Columbus, Ohio. Au cours de cet examen, Turner est arrivé à la conclusion que Milligan souffrait d’un trouble de la personnalité multiple. Les avocats de Milligan, Gary Shweikart et Judy Stevenson, ont plaidé la folie, et il a été transféré dans une clinique psychiatrique « jusqu’à ce que sa santé mentale lui revienne ».

Les différentes personnalités de Billy Milligan

Milligan a été envoyé dans l’un des hôpitaux psychiatriques de l’État, l’Athens Crazy House, où, selon son rapport, il a reçu très peu d’aide. Au moment où il était dans cet hôpital, Milligan a signalé la présence de dix personnalités différentes. Ces dix étaient les seuls connus par les psychologues. Plus tard, le psychiatre David Cola a découvert 14 autres personnalités étiquetées comme « indésirables ».

Parmi les 10 premiers, il y avait Arthur, un anglais distingué et arrogant; Allen, un escroc et un manipulateur; Reidzhen Vadaskovinich, un communiste yougoslave, qui a exigé que Milligan commette un vol dans l’esprit de Robin des bois; et Adalana, une lesbienne de 19 ans qui aspirait à la proximité et qui a, vraisemblablement, poussé Billy à violer.

Milligan a été libéré en 1988 après une décennie dans des hôpitaux psychiatriques, et a été disculpé par le système de santé mentale de l’Ohio et les tribunaux de l’Ohio le 1er août 1991. En 1996, il vivait en Californie où il a créé le studio Stormy Life Productions et s’apprêtait à réaliser un court métrage (qui apparemment n’a jamais été fait). Sa localisation par la suite est restée longtemps inconnue, ses anciennes connaissances ayant perdu contact avec lui. Milligan est mort d’un cancer dans une maison de retraite à Columbus, Ohio, le 12 décembre 2014. Il avait 59 ans.

Son nom est revenu sur le devant de la scène avec la sortie de Split. Son histoire a en effet inspiré M. Night Shyamalan.

Crédits Photo