BioGenome Project, l’Arche de Noé 2.0

Le séquençage d’ADN est devenu incontournable dans les recherches sur la vie. Une communauté de scientifiques internationaux vont travailler de concert afin d’entamer un projet complexe. Ce dernier a été baptisé EBP pour « EarthBiogénome Project » ou « Projet de Biogénome de la Terre ». Il consiste à séquencer les patrimoines génétiques de toute forme de vie présente sur Terre.

Une équipe constituée d’une vingtaine de scientifiques a récemment présenté les démarches à effectuer dans la mise en œuvre de l’EBP. D’ailleurs, les étapes ont été détaillées dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.

Âge Terre

Les retombées de ces recherches pourraient contribuer à de nombreuses améliorations dans plusieurs domaines. Elles notamment aider à une meilleure compréhension ainsi qu’à la préservation de l’espèce humaine.

Un projet ambitieux

Les experts d’EBP ont des compétences variées. Ils s’affaireront à décomposer, puis à répertorier toutes les espèces eucaryotes sur Terre. Seuls les organismes aux cellules dotées d’un noyau seront de la partie. La sélection est toutefois composée d’une grande diversité d’espèces végétales et animales.

Rappelons qu’il existerait approximativement 1,5 million d’espèces sur Terre. Jusqu’à ce jour, les scientifiques n’ont répertorié que 0,2% d’entre elles.

En outre, les chercheurs auront à examiner les dix millions d’espèces eucaryotes encore inconnues. Ces dernières sont principalement des insectes, des animaux marins et des êtres vivants unicellulaires.

EBP est différent de l’ancien projet international nommé « HumanGenome Project ». De 1990 jusqu’en 2003, ce dernier visait seulement à cartographier l’intégralité du génome humain. Depuis, des avancées majeures ont eu lieu dans de multiples domaines tels que la médecine, l’agriculture, la biotechnologie, etc.

Une bibliothèque numérique complète de la vie

Gene Robinson, Professeur d’entomologie, est un des experts à la tête d’EBP. Il a expliqué que « la génomique a aidé les scientifiques à développer de nouveaux médicaments et de nouvelles sources d’énergie renouvelable, à nourrir une population croissante, à protéger l’environnement et à soutenir la survie et le bien-être humain ». Il a l’intime conviction que le projet « EarthBioGenome » aura des impacts plus que bénéfiques sur l’humanité.

Des procédures et normes internationales sont en train d’être mises en place afin que des nations différentes soient impliquées dans le stockage des données. « Le plus grand héritage de l’EBP sera une bibliothèque numérique complète de la vie qui guidera les découvertes futures pour les générations », a poursuivi Robinson.