BitDefender bientôt disponible sur Mac

Sous Windows, la première chose que l’on fait une fois la machine sortie du carton, c’est d’installer un antivirus. Sur Linux ou Mac, ce n’est pas vraiment le cas puisque ces systèmes sont nettement moins touchés par les virus. Cela étant dit, parce que le risque zéro n’existe pas, BitDefender a décidé d’adapter sa solution de sécurité aux machines pommées. Même que cette dernière sera commercialisée lundi prochain et que votre humble serviteur a eu l’occasion de la tester en avant-première.

Installer un antivirus sur un Mac, ça fait toujours bizarre. Cela dit, les machines pommées se vendant de mieux en mieux, il y a toujours un risque de tomber sous les coups d’une attaque. Et ce même si Mac OS X est nettement moins vulnérable que Windows. Dans ce contexte, BitDefender compte changer la donne en proposant aux gens bossant sous Mac une solution de sécurité complète. Une solution donc les tarifs iront de 29,95 € à 59,95 € selon l’édition choisie.

L’interface de l’outil, pour commencer, se fond bien dans le décor mais BitDefender aurait quand même pu faire un peu plus d’efforts de ce côté-là. En quelques clics, il est possible de vérifier l’état de la protection en temps réel, de lancer une analyse ou de vérifier si notre machine n’est pas menacée par une saloperie trainant sur un coin du réseau des réseaux. Un système d’alerte bien pensé vous permet de savoir ce qu’il convient de faire. Pratique, pour ceux qui n’ont jamais vraiment eu l’occasion d’utiliser un antivirus.

Question protection, il est difficile de juger de la compétence de l’outil. Mon iMac n’a que deux jours, je n’ai pas encore eu le temps de le pourrir (quand tu blogues, t’as moins de temps que le reste du monde) et je ne peux donc pas émettre d’avis objectif sur la question. L’outil fonctionne bien, c’est vrai, il est simple à utiliser, c’est vrai aussi, mais il est difficile de savoir comment il se comporte lorsqu’il se retrouve confronté à un virus… lorsqu’on est sur Mac.

Bon, elle était facile celle-là, je le reconnais. Quoi qu’il en soit, si vous voulez tester l’outil, suffit de patienter encore un peu et d’aller fouiner sur le site de l’éditeur dans les jours qui viennent.