Blizzard a visiblement une dent contre les tricheurs

Blizzard ne plaisante pas avec la triche, et encore moins avec les entreprises mettant à la disposition des gamers des outils spécialement dédiés à la chose. C’est précisément ce que prouve cette surprenante histoire. La compagnie a effectivement fait lourdement condamner une société allemande positionnée sur ce secteur très lucratif.

Blizzard a toujours serré la vis aux joueurs et l’entreprise a mené par le passé plusieurs actions visant à pénaliser ou même bannir les tricheurs afin de conserver une expérience ludique aussi égalitaire que possible.

Triche Blizzard

Blizzard ne plaisante pas avec les tricheurs, ni avec les vendeurs de hacks.

Pour se faire, l’entreprise s’appuie bien évidemment sur le levier technique et elle a ainsi développé plusieurs solutions visant à s’assurer que le fonctionnement de ses titres ne soit pas altéré par d’autres programmes.

Blizzard n’aime pas les tricheurs

Toutefois, il arrive parfois que cela ne suffise pas. Fort heureusement, lorsque cela arrive, le géant américain peut compter sur ses avocats.

Blizzard a précisément demandé à son service juridique de faire le nécessaire pour mettre un terme aux agissements d’une entreprise du nom de Bossland GmbH. Basée en Allemagne, cette dernière proposait aux gamers plusieurs outils de triche spécialement pensés pour les titres du studio américain.

L’entreprise a donc décidé de poursuivre la société devant la justice américaine. Bossland GmbH a fait le choix de ne pas envoyer de représentant sur place et les avocats de Blizzard ont donc pu présenter leurs arguments sans la moindre opposition tout en brandissant la DMCA afin de faire valoir les droits de leur client.

Bien évidemment, le juge a fini par trancher en faveur du plaignant et il a ainsi pris la décision d’interdire purement et simplement les produits de l’entreprise allemande sur le territoire américain. Même chose pour les hacks Honorbuddy, Demonbuddy, Stormbuddy, Hearthbuddy ou encore Watchover Tyran.

Bossland condamné à une amende de 8,6 millions de dollars

Histoire d’enfoncer le clou, le juge a également condamné la société à payer une amende fixée à 8,6 millions de dollars à Blizzard pour les 42 818 cas de violation de droits d’auteur enregistrés par l’entreprise.

Il faut tout de même signaler que ce n’est pas la première fois que Blizzard tire à boulets rouges sur Bossland GmbH. Il l’avait en effet attaqué plusieurs mois plus tôt au sujet d’un hack touchant Heroes of the Storm. Cette fois, en revanche, la justice avait tranché en faveur de la défense.

Bossland, de son côté, a fait savoir à TorrentFreak qu’il n’avait pas l’intention de baisser les bras. Il est donc possible que l’entreprise fasse prochainement appel.

Mots-clés blizzardinsolite