Blizzard continue de suspendre des joueurs pro-Hong Kong

L’affaire Blizzard est loin d’être terminée. Le développeur du jeu Hearthstone se retrouve à nouveau au centre de toutes les attentions. Après Ng « Blitzchung » Wai Chung, Blizzard a décidé de suspendre trois autres joueurs de Hearthstone pour avoir affiché une pancarte « Free Hong Kong, Boycott Blizz » durant le tournoi officiel.

Apparemment, politique et jeu ne vont pas de pairs chez Blizzard. Pour rappel, Blitzchung avait fait appel à la libération de son pays à l’antenne, ce qui avait valu une sévère sanction de la part de Blizzard… qui avait alors reçu de vives critiques de la part des joueurs, des employés et du public.

C’est maintenant au tour des trois joueurs universitaires de partager la sanction de Blitzchung.

« Violation des règles officielles de la société »

C’est ainsi que Blizzard justifie toutes ses sanctions. L’éditeur a beaucoup insisté sur le fait que tout acte susceptible d’offenser une partie du public ou de dénigrer l’image de l’entreprise est sanctionnable.

Cela n’a cependant pas empêché les trois joueurs de montrer leur soutien pour la cause hongkongaise, ne serait-ce qu’à travers une pancarte. Blizzard a réagi très vite face à cet acte.

Un membre de l’équipe Hearthstone a envoyé un tweet pour annoncer la nouvelle le mercredi 16 octobre. « Heureux d’annoncer que l’équipe AU Hearthstone a été exclue pendant six mois. Bien que différé, j’apprécie que tous les joueurs soient traités de manière égale et que personne ne soit au-dessus des règles », a annoncé Casey Chambers suite à la sanction de son équipe.

La Chine n’aurait-elle pas un lien avec tout ça ?

Les règles strictes instaurées par Blizzard ont pour but d’inciter les joueurs à éloigner tout geste qui pourrait insulter ou perturber une partie du public. Chambers et ses coéquipiers, tout comme Blitzchung, ont désobéi à cette règle, du moins du point de vue de l’entreprise.

Dans sa lettre pour répliquer aux critiques, le président de la société, J. Allen Brack, a martelé : « Je veux être clair : nos relations en Chine n’ont aucune influence sur notre décision ». Ce qui ne semble pas calmer tous les esprits.

La nouvelle sanction des trois joueurs pro-Hong Kong laisse perplexe. Les relations de Blizzard avec la Chine font couler beaucoup d’encre. Et encore plus depuis ces mesures. Il faut en effet rappeler que depuis février, Hong Kong est en proie à de nombreux troubles. En cause, un projet de loi qui favoriserait l’extradition des hongkongais vers la Chine. Projet très critiqué.

Mots-clés blizzard