LinkedIn : le blocage en Russie est maintenu

LinkedIn est actuellement en froid avec le gouvernement russe et la situation ne semble pas près de s’arranger entre les deux partis. En réalité, il est même possible que les Russes doivent faire définitivement une croix sur le célèbre réseau social professionnel. La firme a en effet refusé d’accéder aux directives des autorités et le blocage du service est donc maintenu pour une durée indéterminée.

D’après les informations obtenues par TechCrunch, LinkedIn aurait récemment envoyé une lettre à l’autorité russe de régulation des télécommunications afin de lui demander de lever le blocage.

LinkedIn Russie

Le torchon brûle toujours entre LinkedIn et la Russie.

Le courrier était visiblement assez incisif et il indiquait notamment que la firme américaine n’est pas du tout prête à mettre en œuvre les dispositions exigées par le gouvernement concernant le stockage de données.

Un problème de stockage à la base du désaccord

Les deux partis ont déjà fait des efforts, elles ont essayé de discuter de la situation ensemble en vue de trouver un accord, mais cela n’a pas suffi pour résoudre le problème.

En réalité, les données sur les ressortissants russes sont stockées par LinkedIn sur des serveurs américains. Contrairement à Google, Viber et Samsung qui se sont soumis aux règles en déplaçant leurs serveurs de données en Russie.

L’histoire s’est déroulée au cours de l’année 2016. En novembre dernier, la proclamation du blocage de Russie a été faite dans un tribunal de Moscou. Pour cause, le réseau social ne respectait pas la loi sur le stockage des données personnelles des citoyens russes sur le territoire de la Fédération.

Le 17 novembre, le gouvernement avait accordé un délai de 24 heures à LinkedIn pour que ce dernier change d’avis et effectue le changement. Le même jour, quelques opérateurs de télécommunications locaux ont bloqué l’accès à LinkedIn. Les utilisateurs ont donc alerté la firme.

Une nouvelle qui ne lui avait pas spécialement fait plaisir.

LinkedIn ne s’est pas montré coopératif

Il semble que depuis, aucune solution n’a été trouvée. L’organisme de surveillance russe des médias, Roskomnadzor a en effet affirmé que LinkedIn ne s’est pas montré coopératif dans la lettre qu’il a envoyée.

Il montre son désintérêt sur le marché russe et persiste sur son refus de déplacer les données vers un autre serveur.

Roskomnadzor contrôle à peu près 1 500 sociétés internet. Il veille à ce que ces derniers respectent bien la loi fédérale russe « sur la protection des données personnelles. »

Mots-clés linkedinmicrosoft