Blockchain et le monde financier, une histoire de confiance

L’Ethereum, décrit comme le premier « ordinateur » global, qui permet la création d’applications centralisées ou Blockchain,  est particulièrement apprécié de certains investisseurs financiers. Le succès entourant la création de Bitcoin en 2011, un moyen de paiement virtuel, résulte de l’association de la plateforme avec la base de données partagée créée par Vitalik Buterin.

Les transactions monétaires en l’absence de tiers sont rendues possibles avec la Blockchain. Cependant, pour arriver à ses fins, cette dernière déstabilise le secteur financier avec l’ubérisation des banques.

Ethereum

Les avis sur Blockchain divisent dans le milieu financier : source d’inquiétudes pour les uns et une question de survie pour les autres.

L’importance de la Blockchain

Les apports de la Blockchain au niveau des banques sont très remarquables. D’habitude, les démarches à exécuter sur les opérations bancaires nécessitent deux jours en moyenne. Grâce à la technologie, elles sont faites juste en quelques minutes et à moindre coût. Des arguments solides qui ont le don de séduire des établissements financiers.

C’est le cas des grandes banques telles que UBS, Goldman Sachs et JP Morgan qui investissent dans les projets de la start-up R3, spécialisée dans la Blockchain. Blythe Master, créatrice des CDS (credit default swaps), avec sa nouvelle start-up dédiée à la BDD partagée, attire également des groupes bancaires, dont BNP Paribas.

Elle facilite les tâches et permet d’économiser une somme considérable. Santander réalise par exemple 15 à 20 milliards de dollars d’économies par an. Seulement, une possibilité de gestion de paie « blockchainisée » peut troubler les ressources humaines ou encore le management selon Julien Maldonato, directeur conseil industrie financière chez Deloitte.

Faiblesse et futur de la blockchain

Pour les banques, la Blockchain sert à faire des expériences sur les échanges de titres virtuels. Cette dernière rencontre cependant une certaine limite. Elle est soumise à des problèmes de sécurité et de confiance. Suite au piratage survenu dernièrement à l’Ethereum et aux déboires du Bitcoin, certains investisseurs adoptent dorénavant une attitude de méfiance.

Face à cette situation, Vitalik Buterin se penche déjà sur un nouveau projet baptisé Metropolis. De son côté, Ethereum dispose déjà d’une nouvelle version, le Homestead.

Le milieu financier n’est donc pas près de se passer de cette pratique. Affaire à suivre…