Blue Origin dévoile sa future station spatiale, Orbital Reef

La Station Spatiale Internationale (ISS) a aujourd’hui plus de 20 ans et elle commence à montrer des signes de vieillesse. Raison pour laquelle la NASA encourage aujourd’hui les entreprises privées à développer des stations spatiales privées. Cela va permettre une présence continue des États-Unis dans l’espace lorsque l’ISS ne sera plus en mesure d’être utilisée.

Dans ce contexte, Blue Origin vient juste d’annoncer le lundi 25 octobre dernier qu’elle va construire sa propre station spatiale qui sera dénommée Orbital Reef. D’après l’annonce, Blue Origin travaillera en partenariat avec plusieurs autres entreprises incluant Boeing et Sierra Space. Ils prévoient de finir la construction et de commencer les opérations sur la nouvelle station vers la fin de cette décennie.

Crédits Blue Origin

Orbital Reef aura comme clients les gouvernements, les entreprises privées, mais aussi les touristes de l’espace. Au début, la station sera un complément pour l’ISS, mais l’on sait qu’elle remplacera éventuellement cette dernière le moment venu.

Rendre l’espace plus accessible

Selon Brent Sherwood, vice-président sénior des programmes de développement avancés de Blue Origin, ils ont pour but d’étendre l’accès à l’espace et d’en faire baisser le coût. Ils vont aussi fournir tous les services et les installations nécessaires pour normaliser les vols spatiaux. Sherwood a ajouté qu’un écosystème commercial dynamique va croître en orbite basse. Cela va générer de nouvelles découvertes, de nouveaux produits, de nouvelles formes de loisir, mais aussi une conscience globale.

Blue Origin n’est pas la seule entreprise à vouloir construire une station spatiale en orbite basse. Quatre jours avant son annonce, Nanoracks, Voyager Space et Lockheed Martin ont aussi révélé leur plan de construire une station spatiale privée qui s’appellera Starlab. Précédemment, Axiom Space avait aussi annoncé son plan d’envoyer dans l’espace des modules qui iront s’attacher à l’ISS. Ces éléments vont éventuellement se détacher et devenir une petite station autonome.

Ce que l’on sait d’Orbital Reef

Comme Orbital Reef est le fruit de la collaboration de plusieurs entreprises, chaque entité aura son rôle à jouer dans sa construction. Blue Origin elle-même va fournir des modules, ainsi que son lanceur New Glenn pour le transport en orbite. New Glenn est prévu décoller pour la première fois vers la fin de l’année 2022 et sera le lanceur principal pour la construction d’Orbital Reef.

De son côté, Boeing sera en charge des opérations et de la maintenance de la nouvelle station. L’entreprise fournira également des modules scientifiques, et sa capsule Starliner sera chargée d’emmener des passagers et du matériel.

Sierra Space va fournir ses modules expansibles LIFE ou Large Integrated Flexible Environment pour servir de modules d’habitation principale. La société possède aussi l’avion spatial Dream Chaser qui sera également utilisé pour transporter du matériel et des passagers.

Parmi les autres compagnies impliquées dans ce projet, il y a également Redwire Space et Genesis Engineering Solutions. Redwire Space fournira les panneaux solaires et d’autres structures, et soutiendra également les travaux de recherche et de manufacture. Quant à Genesis Engineering Solutions, la société va fournir un vaisseau pour une seule personne, ce qui va permettre aux visiteurs de la station de faire des sorties dans l’espace.

Sherwood a indiqué que la station initiale possédera un volume pressurisé de 830 m3, ce qui lui permettra d’accueillir 10 personnes. Mais Orbital Reef continuera à grandir au cours du temps avec l’ajout de plusieurs autres modules.