Bobby Kotick, directeur d’Activision-Blizzard, coupe son salaire de moitié et promet des changements

Coup de tonnerre au sein d’Activision-Blizzard : Bobby Kotick, le controversé directeur en chef du groupe, réduit son salaire au minimum autorisé par l’état fédéral. Cette déclaration est rendue publique quelques mois après le début de l’affaire qui oppose Activision-Blizzard à l’état de Californie, avec dans le viseur de nombreuses accusations de culture de travail toxique au sein de l’entreprise.

C’est dans une lettre ouverte que Kotick annonce cette réduction de paie et les promesses de nombreux changements structuraux au sein de l’entreprise.

©piotrkt/123RF.COM

Kotick au minimum syndical

Ainsi, Kotick déclare avoir fait la requête d’une réduction de paie à 62,500 dollars annuels, soit le minimum salarial autorisé dans l’état de Californie. Le directeur ne recevra également pas de bonus ou de retour sur action jusqu’à nouvel ordre. Cette réduction de salaire sera effective “jusqu’à ce que le Conseil d’administration ait déterminé que nous avons atteint nos objectifs liés à l’égalité des genres et aux autres engagements” cités au cours de la lettre.

Cinq grands engagements sont ainsi annoncés dans le but d’améliorer les conditions de travail au sein d’Activison-Blizzard. En premier lieu, l’instauration d’une politique de “tolérance zéro” envers le harcèlement. En cas d’instance de harcèlement avéré, aucun avertissement écrit ne sera imposé mais bien des licenciements directs — une clause qui s’applique également à “tout employé ayant exercé des représailles contre quiconque ayant déposé une plainte“.

Activision-Blizzard s’engage également à augmenter de 50% le nombre de femmes et de personnes non-binaire au sein de la force de travail de l’entreprise. Un investissement à hauteur de 250 millions de dollars est également promis pour “accélérer les opportunités de nos talents divers“. Un investissement additionnel du même montant sera de nouveau investi au cours des dix prochaines années à venir, ayant pour but d’encourager “les opportunités dans le domaine du jeu vidéo et des nouvelles technologies pour les communistes sous-représentées“.

Autre grand changement structurel : l’entreprise met fin aux clauses d’arbitrage. Les employés d’Activison-Blizzard ne souhaitant pas passer par un arbitre en privé pour tout litige ayant attrait au harcèlement sexuel et à la discrimination au travail se verra approuvé la demande.

Enfin, le groupe s’engage également à continuer ses efforts vers l’égalité salariale au sein du groupe et de fournir des mises à jour régulières sur les engagements cités plus haut.